La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

L’ambulaminaire
| 28 Avr 2020

Coloriage - L'ambulaminaire © Philippe Mignon

Imaginez une crique envahie par des algues rouges agitées de mouvements engendrés par quelque courant marin… ou par un banc de poissons nageant à proximité ? À moins qu’algues et poissons ne soient qu’une seule et même entité.

© Gabrielle

Courrier de Louis Lefol Alevin

Cher Monsieur,

Ma cousine Léa Lefol de la Rémige m’a fait part de vos travaux en histoire de la zoologie, et particulièrement de vos publications concernant les supposées découvertes d’espèces rares par l’explorateur Matthieu Aubeurnoir.

Ce dernier, dont la réalité de l’existence fait l’objet de toutes les spéculations (il s’agirait en dernière hypothèse de l’un des nombreux pseudonymes qu’aimait à s’inventer le facétieux Carl von Linné pour qui nommer les êtres, fûssent-ils imaginaires, était plus qu’une passion), narre dans son journal de bord la découverte hasardeuse par deux marins d’un prétendu Laminaria ambulatrix. Sauf votre respect, permettez-moi d’en rire.

Évidemment, la description correspond en gros à l’animal aquatique que le naturaliste allemand à baptisé sous ce nom et le dessin qui accompagne le récit pourrait prêter à confusion. Mais un détail vous échappe et pour cause : il vous manque la couleur ! J’ai en ma possession une gravure colorisée, héritée de ma mère qui la tenait de sa propre mère et ainsi de suite par héritage matrilinéaire, d’un ambulaminaire sur fond blanc et du même dans son milieu naturel.

Vous constaterez par vous-même que la nageoire caudale rubannée qui le caractérise n’est pas rouge (comme l’affirme imprudemment le pseudo Aubeurnoir) mais d’un beau jaune doré. Il y a donc au moins confusion, sinon mystification. Il est plus que probable que l’auteur de ces mots n’a jamais vu d’ambulaminaire, voire cherche à tromper un lecteur trop crédule (comme vous).

Je ne sais d’où vous tenez ces archives mais je ne peux que vous conseiller de les considérer avec la plus extrême prudence. Le siècle des Lumières a enfanté des savants et des philosophes mais aussi nombre de grands amateurs de canulars et de contes à dormir debout. Jusqu’à preuve du contraire.

Louis Lefol Alevin

© Louis Lefol Alevin

© Carmina

Coloriages pour enfants confiné·e·s

[ttfmp_post_list id= »postlist_748″ columns= »3″ type= »post » sortby= »date-asc » count= »-1″ offset= »0″ taxonomy= »category:coloriage » show_title= »1″ show_date= »0″ show_excerpt= »0″ excerpt_length= »default » show_author= »0″ show_categories= »0″ show_tags= »0″ show_comments= »0″ exclude_current= »0″ thumbnail= »top » aspect= »square » paginate= »0″ arrows= »1″ dots= »1″ autoplay= »1″ delay= »6000″ transition= »scrollHorz »]

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Au Manchot qui lit !

Pour des millions de lecteurs à travers le monde, le manchot est d’abord un logo. Celui de la vénérable maison d’édition britannique Penguins Book, fondée à Londres en 1935 et pionnière du livre de poche. 

La théorie du manchot émissaire

L’Orque, cette majestueuse bête, aime se repaître de manchots. Le fait est connu, c’est le péché mignon de l’odontocète (cétacé à grandes dents). Mais les manchots pour leur part ne le sont pas tant que ça… 

Poopal Velocity

Une des grandes questions que se posent les chercheurs de l’Antarctique est celle de la vitesse d’éjection de la merde d’un manchot. Ne riez pas, l’enjeu est plus crucial que vous ne l’imaginez.

Jeu d’été

délibéré ne faisant jamais rien (!) comme les autres, et afin d’épargner les embouteillages à nos lectrices, nous allons débuter nos jeux d’été alors que le mois d’août est déjà très avancé.

Le Manchot et les conserves

A priori, manchots et lions ne sont pas faits pour se rencontrer. Sauf quand une conserve de sirop de sucre Lyle échoue dans l’Antarctique. La suite des surprenantes aventures des sphéniscidés…