La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

J1 – La fontaine de Canathe
| 17 Août 2016

“Footbologies” : les mythes et les représentations propres à un championnat de football analysés journée après journée de Ligue 1.

Le quatrième tome du Grand vocabulaire François (1768) mentionne la fontaine de Canathe, entre Argos et Nauplie au Péloponnèse, où la déesse Junon se baignait une fois l’an afin de recouvrer la virginité. Pour le championnat de France de football, l’intersaison est comme cette fontaine miraculeuse pour l’épouse de Jupiter.

Dans l’ombre de championnats plus fortunés et plus renommés qui attirent sans cesse les nouveaux talents étrangers, la Ligue 1 a pris depuis quelques saisons l’habitude de faire du neuf avec du vieux. On recycle. Voilà qui tombe bien, l’époque est à la chasse au gaspillage. Fini les emballages jetables, les sacs sont désormais réutilisables : les joueurs et les entraîneurs aussi. Crise oblige, les Français se mettent à la récup’ et les présidents de club au système D. Après tout, pourquoi jeter un vieux footballeur qui peut encore servir ? Non à l’obsolescence programmée ! Conséquence : on n’a jamais vu en Ligue 1 autant de joueurs ayant dépassé la date de péremption. Eux-mêmes surfent sur la mode du vintage, et l’on a ainsi vu nombre d’anciennes gloires proposer cet été leurs services à l’Olympique de Marseille : Taye Taiwo (31 ans), Rod Fanni (34 ans), Lucho González (35 ans), Toifilou Maoulida (37 ans) et même Didier Drogba (38 ans). Le charme de l’ancien…

La Ligue 1 prend des airs d’Hollywood : pas pour la piste aux étoiles mais parce que la mode y est aux sequels, aux remakes et aux reboots. On tire au maximum sur les franchises, les morts ressuscitent et c’est Le Retour de la momie en boucle sur tous les terrains. Ce n’est pas pour rien que le dernier Star Wars s’intitule Un Nouvel espoir

Car il n’y a pas que le supporteur soucieux de la planète qui y trouve son compte. Ainsi de la valse des entraîneurs : le recyclage de Gourvennec à Bordeaux, de Kombouaré à Guingamp, de Girard à Nantes ou de Gourcuff à Rennes prouve à chacun qu’on a droit à une deuxième chance dans la vie (voire à une troisième ou une quatrième). Les échecs répétés n’empêchent jamais de tenter le sort ailleurs : c’est l’effet de la fontaine de Canathe, dont les eaux communiquent sans doute avec le fleuve Léthé, qui donne l’oubli. Le vingt-et-unième tome du Grand vocabulaire François (1772) nous apprend que Junon est dite Parthénie, grâce à son bain annuel : “toujours vierge”, malgré ses quatre enfants, elle qu’on associe à la fécondité. Ainsi, des entraîneurs de Ligue 1, qui se refont une virginité chaque été, comme si tout ce petit monde partait en vacances à Mikonos faire du naturisme avec Junon. Oubliés les échecs antérieurs : comme Jupiter bavant devant les charmes renouvelés de son épouse, le supporteur de football se laisse prendre à cette régénération miraculeuse. Après tout, si c’est bon pour un Dieu…

Dans une société obsédée par le jeunisme, une société de la performance et du résultat, la Ligue 1 rassure : le droit à l’erreur existe, l’âge n’est plus une tare. Comme la religion et le recyclage, le football offre une deuxième vie. Si Falcao peut rejouer avec Monaco, si Toivonen peut signer à Toulouse, Gomis à Marseille et Menez à Bordeaux, tous les espoirs sont permis. On efface tout et on recommence. Les compteurs à zéro. Le football, c’est la mise en pratique de la rédemption chrétienne, le grand pardon. L’intersaison, c’est un petit Déluge biblique à l’échelle d’un championnat, un nouveau départ. Et si joueurs et entraîneurs ont droit à leur absolution annuelle, le supporteur se dit qu’il devrait en aller de même pour lui, à qui son patron, son percepteur et sa femme ne pardonnent pourtant jamais rien.

Pour autant, le Grand vocabulaire François met en garde contre l’erreur du Dictionnaire universel français et latin (1704), dit Dictionnaire de Trévoux : “Junon s’y baignoit une fois tous les ans, pour redevenir vierge, mais non pour recouvrer ƒa divinité, comme dit le dictionnaire de Trévoux, ƒans ƒonger qu’on ne recouvre que ce qu’on a perdu, & qu’une déeƒƒe ne pouvoit pas perdre sa divinité ƒans cesser d’être déeƒƒe”. L’avertissement est clair : la virginité recouvrée a tout de la reconstruction d’hymen, et la chirurgie esthétique du cautère sur une jambe de bois. Il y a une limite aux miracles. Dans la fontaine de la Ligue 1, on ne devient un Dieu qu’à une condition : l’être déjà. Or, ces temps-ci, l’Olympe français est plutôt dépeuplé…

Sébastien Rutés
Footbologies

0 commentaires

Dans la même catégorie

J38 – Ecce homo

En cette dernière journée de la saison, une question demeure : pourquoi une telle popularité du football ? Parce que le supporteur s’y reconnaît mieux que dans n’importe quel autre sport. Assurément, le football est le sport le plus humain. Trop humain. Le football est un miroir où le supporteur contemple son propre portrait. Le spectateur se regarde lui-même. Pas comme Méduse qui se pétrifie elle-même à la vue de son reflet dans le bouclier que lui tend Persée. Au contraire, c’est Narcisse tombé amoureux de son propre visage à la surface de l’eau. (Lire l’article)

J35 – Le bien et le mal

Ses détracteurs comparent souvent le football à une religion. Le terme est péjoratif pour les athées, les croyants moquent une telle prétention, et pourtant certains supporteurs revendiquent la métaphore. Le ballon leur est une divinité aux rebonds impénétrables et le stade une cathédrale où ils communient en reprenant en chœur des alléluias profanes. Selon une enquête réalisée en 2104 aux États-Unis, les amateurs de sport sont plus croyants que le reste de la population. Les liens entre sport et religion sont nombreux : superstition, déification des sportifs, sens du sacré, communautarisme, pratique de la foi… Mais surtout, football et religion ont en commun de dépeindre un monde manichéen. (Lire l’article)

J34 – L’opium du peuple

Devant son écran, le supporteur hésite. Soirée électorale ou Lyon-Monaco ? Voire, le clásico Madrid-Barcelone ? Il se sent coupable, la voix de la raison martèle ses arguments. À la différence des précédents, le scrutin est serré, quatre candidats pourraient passer au second tour. D’accord, mais après quatre saisons dominées par le Paris Saint-Germain, la Ligue 1 offre enfin un peu de suspense… Dilemme. Alors, le supporteur décide de zapper d’une chaîne à l’autre, un peu honteux. Le football est l’opium du peuple, et il se sait dépendant… (Lire l’article)

J33 – Coup de comm’

Candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a récemment déclaré sa flamme à l’Olympique de Marseille. Dans un football français polarisé par la rivalité Paris-Marseille révélatrice de vieux enjeux socio-culturels, voilà une prise de position étonnamment tranchée pour celui que ses adversaires accusent d’être « d’accord avec tout le monde ». Dans des campagnes électorales où tout est précisément calculé par les conseillers en communication, le supporteur voudrait que le choix du club fût celui du cœur. Il n’en est rien, les clubs ont une image qu’il est plus ou moins recommandable d’associer à celle d’un candidat. Alors, pourquoi ce choix en apparence clivant pour le candidat du consensus ? (Lire l’article)

J32 – Les fils de Samson

Contre Lille, Mario Balotelli a inscrit un doublé. L’efficacité retrouvée de la plus célèbre crête de Ligue 1 offre l’opportunité de s’interroger sur les rapports complexes des footballeurs à leur coiffure. À première vue, la coupe de cheveux participe de la mise en valeur du corps, au même titre que le tatouage. Le corps est un instrument de travail dont on prend soin. Son efficacité suscite une fierté qui mérite d’être rendue publique. On se souvient du même Balotelli, torse nu, immobile, tous muscles bandés après son chef-d’œuvre contre l’Allemagne à l’Euro 2012 : le rapport amoureux de l’artisan à ses outils. (Lire l’article)