La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Retour à Stockholm
| 18 Fév 2019

#guide

 

« Le 23 août 1973, peu après l’ouverture des bureaux, un détenu suédois fraîchement évadé pénétrait dans la principale succursale de l’une des premières banques de Suède, la Sveriges Kreditbank, avec l’intention d’y commettre le forfait le plus ambitieux d’une longue carrière criminelle. » Une fois dans la place, le braqueur obtient qu’on libère l’un de ses camarades alors emprisonné, qui le rejoint, et les deux hommes prennent en otage quatre employés durant six jours dans des conditions parfois très pénibles, tenant en haleine le pays tout entier.

Le reportage haletant du journaliste Daniel Lang, paru à l’origine dans le New Yorker en 1974, mêle récit factuel et témoignages des ravisseurs, des policiers, des psychiatres et des otages. Ces derniers ont pris le parti de leurs geôliers, sentiment qu’ils conservèrent par la suite : « il s’avéra que ceux-ci persistaient à voir en la police « l’ennemi » et à croire qu’ils avaient la vie sauve grâce aux deux ravisseurs », l’une d’entre eux alla même jusqu’à leur rendre visite par la suite en prison.

Allia publie là le récit d’une naissance, celle du syndrome de Stockholm, phénomène depuis observé dans d’autres contextes, les dictatures notamment, et même, plus récemment, dans le monde du travail. Passionnant. 

Nathalie Peyrebonne
Guide

Daniel Lang, Stockholm 73 (traduit de l’anglais par Julien Besse), Allia.

0 commentaires

Dans la même catégorie

À Bordeaux, une Maison de la poésie très ouverte

La toute jeune Maison de la poésie de Bordeaux réunit un collectif de passionné·e·s du livre. Entretien avec l’un de ses initiateurs et président de l’association, l’écrivain Patrice Luchet, déterminé à faire tomber les préjugés.

Au cœur du voyage interdit, par Dennis Kamerun

Dans « Les héros du quotidien », l’auteur camerounais Dennis Kamerun nous entraîne dans le voyage migratoire vers l’Europe que tant entreprennent au risque de leur vie. Ce roman-témoignage est le tableau effarant d’un monde que l’on voudrait hors de ce monde, mais qui est bel et bien le nôtre.

L’Ire des marges

Fondatrice des éditions L’Ire des marges à Bordeaux, Bérengère Pont revient sur dix ans d’engagement, de colère et de convictions. Et sur un catalogue riche d’une quarantaine de titres, entre fictions, textes politiques et critiques littéraires.