La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

1 – Lundi 11 avril, 20 heures
| 01 Juil 2022

Je dis toujours la vérité: pas toute…
Lacan

I tell you we must die
Rise and Fall of the City of Mahagonny

 

La bague a été dérobée hier matin, probablement vers les onze heures. Le soleil brillait, presque trop. La température est anormalement élevée pour la saison. Nous avons chaque jour dans les vingt-trois, vingt-quatre degrés avec une pointe à vingt-six ce samedi. Il y a de quoi s’inquiéter. Où va-t-on? C’est l’artiste qui a tenu à ébruiter l’affaire. Personnellement je n’y étais pas favorable. Vous savez comment sont les voleurs, à l’affût de la moindre information, la fuite opportune qui leur permettra de lever le camp sans être appréhendés.

Voilà où nous en sommes.

Le ou les voleurs courent toujours dans la nature. Aussi bien sont-ils terrés en ville, proches de nous peut-être. Je ne peux rien vous révéler de l’enquête. Il y a déjà trop de ragots, de rumeurs, d’élucubrations puériles juste bonnes à effrayer le péquin. Les gens craignent de se faire détrousser. La crise a pourtant vidé les bas de laine. Beaucoup ont à peine de quoi se mettre sous la dent, un quignon de pain, un hamburger gras à souhait. Le gras nourrit la misère. Nous vivons une triste époque. Où va le monde? Comment va l’artiste?

Le chanteur est dans tous ses états, entièrement retourné, affirme-t-il. On le serait à moins. Il songe à annuler sa prochaine tournée. La seule idée de chanter, d’entonner une romance ou un air endiablé devant un public extatique indifférent à sa douleur lui est insupportable. Imaginer un fauve en cage. C’est l’image qu’il m’a lui-même suggérée. Je n’ai pas cherché à filer la métaphore. Ce n’était pas le moment. Je ne suis pas là pour faire de la poésie. Personnellement je n’ai aucune objection à formuler contre son retrait de la scène. Si l’artiste préfère se reposer, se reprendre, voir venir comme il me l’a dit ensuite de façon plus prosaïque, libre à lui.

Il est sans doute préférable d’éviter le risque d’une surexposition médiatique qu’entraînerait une tournée en France et à l’étranger. Je pense d’abord aux besoins de l’enquête. Sous la pression des journaux l’affaire pourrait s’envenimer et semblable à un cataclysme se montrer hors de contrôle. Non. Je n’ai rien de précis en tête. Il s’agit de rester prudent. Dans le monde du show-business la moindre étincelle a vite fait de provoquer une explosion. Il y a tant d’intérêts en jeu, tant d’argent. Pensez au coût exorbitant d’un concert annulé. Une somme pharaonique. Des pyramides de problèmes. L’artiste hésite. Il craint que le succès ne lui échappe en même temps que la bague. Sans elle il se sent perdu, amoindri, un rien. Il ne me revient pas de juger ses sentiments. Je me contente de prendre des notes.

Un courtier m’a appris ce midi que le bijou n’était pas assuré. J’ai d’abord cru à une négligence coupable de la part du chanteur. L’homme de génie est facilement distrait. C’est une sorte de grand oiseau, un genre d’albatros. En réalité la bague possède une valeur inestimable. Passée une certaine somme, les compagnies refusent de couvrir les risques. Regardez la Joconde ou la forêt amazonienne. Personne ne veut les garantir.

Lorsque l’artiste a téléphoné au commissariat, il était encore sous le choc. L’événement venait d’arriver. Il articulait mal, il mangeait ses mots. J’ai imaginé le pire. Un enlèvement, un meurtre. Recevoir un appel de la part d’une célébrité n’est pas banal. Je connaissais le chanteur de réputation. Il lui semblait si évident que tout Paris savait déjà qu’il n’a pas pris la peine de me parler du vol. Entre deux sanglots, il se disait inconsolable. Il a fallu le rasséréner, le dorloter, le choyer, le plaindre encore avant qu’il ne lâche le morceau. Les artistes sont ainsi, fragiles, émotifs, excessifs, sensibles. La souffrance leur est naturelle. Comment pourraient-ils créer autrement? Comment pourraient-ils nous émouvoir et nous balader sur les cimes de l’idéal et du rêve? Ce n’est rien, lui ai-je dit à court d’idées. Notre police nationale aura tôt fait d’arrêter les voleurs. Un bijou aussi rare ne se revend pas facilement. C’est une pièce de collection.

Je ne vous l’ai pas dit? La bague vient de chez Bartier.

 

La Terre n’est pas assez ronde… à suivre      Chapitre suivant

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.