La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

31 – Vendredi 16 juin, 20 heures
| 31 Juil 2022

Quand je vous disais que Billot était nerveux ces derniers temps.

Le gamin a été arrêté hier matin à la frontière allemande. Kurz avait subitement disparu il y a une huitaine de jours. Il n’avait laissé aucun mot. Son portable ne répondait pas. Billot ne m’avait pas averti, bien sûr. Il voulait retrouver lui-même le gosse, m’a-t-il avoué dans la soirée devant un bock de bière. Il m’avait fallu insister pour qu’il m’accompagne au café. Nos relations se sont tendues depuis que Kurz est entré dans la vie de mon adjoint. Je ne vois pas comment le dire autrement. Je n’ai jamais connu Billot aussi obsédé par quelqu’un. Simone elle-même ne le préoccupe pas autant alors qu’il y aurait de quoi. Enfin c’est un autre problème. Quant à la petite Mélanie, elle semble ne plus exister à ses yeux. Billot est devenu un autre. Lui qui ne m’avait jamais rien caché de ses soucis personnels me ment effrontément lorsqu’il s’agit du gamin. Il dissimule, il cache, il évite le sujet. Mardi encore il affirmait avoir une nouvelle fois joué au foot avec Kurz durant le week-end. Le môme avait pourtant mis les voiles deux jours plus tôt.

Je ne comprends plus Billot. Il était sorti de ses gonds quand j’avais évoqué, en des termes voilés et très pudiques, une possible liaison entre lui et Kurz. La seule pensée d’un tel amour le révoltait. Il eut des mots atroces pour ce genre de rapports. Je savais mon adjoint peu tolérant, mais à ce point. Ce jour-là Billot avait préféré couper court. La question est revenue sur le tapis hier soir. J’ai rappelé à mon adjoint que Jo avait tout de même recruté Kurz pour ses prestations sexuelles ou supposées telles. Le gamin devait gérer la libido de Lizz. Et à entendre Mohamed, celle-ci éprouvait de gros besoins. En toute logique, la petite se tapait Kurz durant la semaine et le jardinier le week-end. Insatiable? Je n’irai pas jusque-là. À son âge le corps dicte sa loi. Notre jeunesse ne s’embarrasse plus de ces préjugés qui fleurissaient à l’époque où l’on construisait le Sacré-Cœur. La morale s’est beaucoup détendue. Les règles sont moins rigoureuses. Nos principes ont changé. C’est ce que j’avais essayé vainement d’expliquer à mon épouse.

Mais Kurz remplissait-il les devoirs pour lesquels Jo l’avait embauché? Si Lizz sautait du lit chaque dimanche matin pour courir se blottir dans les bras de Mohamed, il est possible d’en déduire qu’elle manquait d’affection. Kurz paressait. À moins qu’il n’ait eu une sexualité très différente de celle qu’imaginait Jo lorsqu’il l’avait repéré dans les vestiaires d’un club de foot. Balda se serait laissé abuser par la plastique du gamin. Ses jambes musclées, ses épaules bien découplées, son torse viril, enfin Kurz possède les attributs qu’on prête ordinairement à ceux qui tombent les filles comme on affale une voile, rapidement et sans effort.

Or l’expérience nous apprend à nous méfier des apparences. C’est même dans mon métier une règle impérative. L’individu le plus policé peut cacher un vaurien. Voyez Bartier. Qui aurait cru que cet homme si distingué allait se faire pincer les fesses, pour ne rien dire de plus, dans les bars mal famés de l’underground berlinois? La duplicité des hommes ne connaît pas de limites. Kurz pouvait très bien avoir jeté son dévolu sur la personne de l’artiste. Et si Isabelle n’avait pas entretenu une relation torride avec le chanteur, je n’aurais pas misé gros sur la nature de ses mœurs. D’ailleurs est-ce une preuve suffisante?

Les génies ont souvent une sexualité polymorphe. Ils ont besoin d’aventures charnelles variées et abondantes pour nourrir leur inspiration. Ils trouvent dans les mystères de l’érotisme la source de leur talent. C’était le cas de Léonard de Vinci, m’expliquait un jour Isabelle qui connaît sur le bout des doigts le livre que Freud a consacré au peintre. Elle désirait se procurer la nouvelle traduction qui vient de paraître. Son incarcération aussi subite qu’inattendue l’a empêchée de passer la commande. Je devrais m’en occuper et lui faire parvenir l’ouvrage. Rien ne vaut une lecture pour s’évader du monde. Et en ce moment Isabelle en a bien besoin. Ce geste de ma part me vaudra sa reconnaissance. Elle se rapprochera peut-être de moi.

Mais couchait-elle réellement avec l’artiste? Les messages enflammés qu’elle lui adressait montrent son égarement. Ils ne prouvent en rien le succès de l’entreprise. Il nous manque les réponses du chanteur pour autant qu’elles aient existé. Isabelle prétend les avoir effacées de son portable sitôt appris la mort de celui qu’elle reconnaît comme son amant. Dans tous les cas Kurz demeure un personnage trouble. N’en déplaise à Billot, le gamin n’est pas net. Il continue pourtant à le défendre.

Arrête, a-t-il hurlé hier soir quand j’ai laissé entendre que l’artiste et le gosse. Arrête ou je. Quoi? Billot est rentré en lui-même, le visage grimaçant. L’effort qu’il montrait pour se maîtriser était palpable. J’ai préféré moi-même mettre fin à la conversation. Je venais d’apprendre une nouvelle importante. Kurz est fiché par la police allemande. Il appartient à un groupuscule d’extrême droite et a participé à plusieurs reprises à des manifestations pourtant interdites. Il aurait été impliqué dans des rixes violentes à Dresde, Hambourg et Leipzig. Il s’agissait chaque fois d’actions coup de poing contre des demandeurs d’asile. Faute de preuves matérielles la police a renoncé à lancer un mandat d’arrêt. Le portrait de celui que Billot appelle encore le gosse est accablant. J’attends un rapport du Land de Brandebourg sur les activités de Kurz à l’automne dernier avant de convoquer mon adjoint. Il va tomber de haut.

Sur la photo que m’a adressée la douane volante le gamin est presque méconnaissable. Les cheveux rasés, il porte une veste kaki et une paire de Dr Martens. Les Nike et les polo Ralph Lauren qu’il affectionnait quand nous l’avions rencontré la première fois à Rambouillet ne semblent avoir été qu’une panoplie savamment étudiée pour abuser le client. Où se rendait-il dans cet accoutrement de fasciste? La question reste en suspens. Kurz s’est montré évasif sur ce point. Au lieutenant qui l’interrogeait, il a simplement indiqué vouloir revoir l’Allemagne, le pays de ses ancêtres. Pour ma part je ne suis que moyennement surpris. Mon flair ne m’avait pas trompé. Le gamin ne m’a jamais plu. Je l’avais placé sous surveillance policière à l’insu de mon adjoint.

La situation était devenue comique depuis que celui-ci avait pris le môme sous son aile. Je connaissais les déplacements de Billot autant que ceux de Kurz qui ne le lâchait pas pendant le week-end. J’ai failli me trahir à deux reprises en faisant allusion malgré moi au bar où les deux compères aimaient à s’asseoir autour d’un verre. Par chance Billot m’avait parlé une fois de l’endroit et je m’étais rattrapé de justesse en invoquant mon sens des déductions. Vous allez toujours au même bar, n’est-ce pas? Billot n’avait pas sourcillé. Son attachement pour Kurz l’aveugle. Faiblesse de sa part, désir inconscient, vide existentiel, je ne sais pas ce qui l’a conduit à s’enticher de cette petite frappe. Celui-ci a dû jeter une lumière crue dans une zone d’ombre, sidérant mon collègue.

Mais pourquoi? Quels mobiles poursuivait-il? Espérait-il échapper au regard de la police en la mettant dans sa poche? Il est certain que Billot a voulu le protéger. Kurz ne pouvait pourtant pas ignorer le rôle subalterne de mon adjoint. Il cherchait autre chose auprès de Jean-Marie, quelque chose d’obscur, lié à la fois au désir et à la politique, comme un besoin d’ordre, une demande d’affection, l’envie de recevoir des coups peut-être. Après tout Kurz n’était probablement pas lui-même conscient de ce qu’il attendait de son protecteur. La sympathie de mon adjoint à l’égard du môme avait été immédiate. Il s’en était vanté. Kurz lui avait répondu sans réticences alors qu’il refusait de s’expliquer devant moi. Les deux hommes ont été attirés mutuellement l’un par l’autre comme les deux pôles d’un aimant, avec la même nécessité.

Billot me ment à propos du gamin, mais jusqu’à quel point?

 

Chapitre précédent La Terre n’est pas assez ronde Chapitre suivant

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie