La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Le chaland de Venise (3)
| 16 Fév 2020

Venise 1978 - Photo © Gilles Walusinski

En quittant le marché, juste à côté du Rialto d’où le regard plonge sur les étals, je gardais en tête l’image du marchand de poulets, l’image de Venise, théâtre offert au photographe.

Venise 1978 - Photo © Gilles Walusinski

De retour sur la place Saint-Marc, deux douaniers en cape confirmaient cette impression, comme les publicités peu différentes des icônes virginales offertes aux passants.

Venise 1978 - Photo © Gilles WalusinskiUn chocolat viennois au café Florian réchauffa mes ardeurs et la conversation de mon voisin de table, qui recevait les confidences d’une femme d’écrivain français délaissé par son mari, ne me laissa pas indifférent… L’homme parlait bien le français. Je compris assez vite que les ennuis de la dame et le conformisme de son mari pouvaient l’inspirer. Il s’appelait Alberto Moravia.

Le lendemain, de retour pour une addiction naissante au chocolat viennois, je fis une autre rencontre : un photographe italien que j’avais déjà croisé à Paris, où il écrivait régulièrement dans des magazines de photographie, Alberto Salbitani. Il nous invita à dîner, ma compagne et moi. L’occasion de prendre le vaporetto pour la Giudecca, où il habitait alors. La conversation était passionnante dans le silence de l’île, les Brigades rouges faisaient peur aux bourgeois, Roberto leur trouvait des excuses. Son goût de la provocation gâcha un peu la soirée, ses avances à ma compagne se terminèrent par des larmes. Sans doute encore un peu de théâtre vénitien ?

Venise 1978 - Photo © Gilles Walusinski

Les vaporetti nous donnaient l’envie des îles. Ce fut d’abord Murano, au plus près de la ville. Ce jour-là le temps était brumeux, l’arrivée dans le canal central de Murano et les bâtiments industriels me donnaient l’envie de visiter un verrier au travail. J’en photographiai quelques uns au bord du canal.

Venise 1978 - Photo © Gilles Walusinski

De Murano, cap sur le Nord-Est pour rejoindre Burano. Le brouillard s’était dissipé et la couleur était de la fête. C’est un autre théâtre qui s’offrait au Leica. Les passagers du vaporetto lisaient encore des tracts, conséquences de l’attentat fasciste qui avait fait un mort trois jours plus tôt.

Venise 1978 - Photo © Gilles Walusinski   Venise 1978 - Photo © Gilles Walusinski

Un expresso dans un bar confirma mon impression que la population de Burano était assez âgée. Dans le bar, des hommes, exclusivement. Dehors, les femmes d’un côté, jour de ménage, de lessive, les hommes de leur côté sur les placettes.

Venise 1978 - Photo © Gilles Walusinski   Venise 1978 - Photo © Gilles Walusinski   Venise 1978 - Photo © Gilles Walusinski

Pourtant, un landau à l’apparence allemande était poussé par une mère au col de fourrure. Une tentation pour le coloriste.

Venise 1978 - Photo © Gilles Walusinski

Le rouge du parti communiste italien semblait déjà sur le déclin, des affiches de cinéma recouvraient la permanence du parti. La photographie donne à ce « Viol d’une mineure », film certainement inoubliable de Richard T. Heffron, et à sa vedette Jim Mitchum une sorte d’éternité.

Venise 1978 - Photo © Gilles Walusinski

Venise, 1978

© Gilles Walusinski

© Gilles Walusinski

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

1839, une révolution révélée

Les éditions Macula publient la somme de Steffen Siegel sur l’invention de la photographie par Daguerre et Talbot, passionnante anthologie de textes de l’époque aux résonances étonnamment modernes. 

L’Amazonie de Sebastião Salgado

Les photographies de forêt amazonienne de Sebastião Salgado exposées à la Philharmonie de Paris sont sublimes. Trop? L’accrochage et les partis pris posent en tout cas plusieurs problèmes. 

Vie et mort à Venise

J’ai vécu la pandémie dans trois pays, le Japon, l’Italie et le Brésil. Venise a réagi singulièrement à la situation. Elle est devenue un roman sans personnages, un tableau déserté par la vie.