La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Le chaland de Venise (4) : Chioggia
| 08 Mar 2020

Chioggia, 1978 © Gilles Walusinski

Les guides touristiques décrivent Chioggia comme une petite Venise, mais on peut y arriver en car et non en bateau, après avoir longé la bande de terre qui sépare la lagune de l’Adriatique. Nous étions partis du Lido, tôt le matin, pour arriver à destination à la fin du marché.

L’impression qui prévalait en novembre 1978 était la pauvreté de cette ville de pêcheurs où Goldoni situe l’action de l’une de ses pièces les plus célèbres, écrite en 1762, Baroufe à Chioggia.

Enfants dans les rues de Chioggia, 1978 - Photo © Gilles Walusinski   Chioggia, 1978 - Photo © Gilles Walusinski

Rien n’évoquait la guerre du XIVe siècle qui avait consacré la victoire de Chioggia et de Venise face aux velléités de mainmise de Gènes sur la lagune.

L’envie me vient de laisser parler les photos.

Chioggia, 1978 - Photo © Gilles Walusinski

La Fiat 500, la Vespa et la Sainte Vierge résument assez bien le petit théâtre des rues de Chioggia.

Chioggia, 1978 - Photo © Gilles Walusinski

Les costumes trahissent le temps qui a passé et rien n’éteint mon regret de n’avoir pu m’attarder le long de la lagune pour photographier les installations de pêche et les marais salants.

   

 

Chioggia, 1978

© Gilles Walusinski

© Gilles Walusinski

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

1839, une révolution révélée

Les éditions Macula publient la somme de Steffen Siegel sur l’invention de la photographie par Daguerre et Talbot, passionnante anthologie de textes de l’époque aux résonances étonnamment modernes. 

L’Amazonie de Sebastião Salgado

Les photographies de forêt amazonienne de Sebastião Salgado exposées à la Philharmonie de Paris sont sublimes. Trop? L’accrochage et les partis pris posent en tout cas plusieurs problèmes. 

Vie et mort à Venise

J’ai vécu la pandémie dans trois pays, le Japon, l’Italie et le Brésil. Venise a réagi singulièrement à la situation. Elle est devenue un roman sans personnages, un tableau déserté par la vie.