La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Le Musée entre à l’Opéra
| 29 Sep 2015

Un musée dans un musée, l’idée est amusante. Elle a été concoctée par Boris Charmatz, directeur du Musée de la danse de Rennes (Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne) et par Benjamin Millepied, directeur de la danse à l’Opéra de Paris. Laboratoire d’idées et de gestes destiné à élargir la culture chorégraphique de tout un chacun, répertoire vivant qui intègre et diffuse des œuvres de chorégraphes contemporains ou historiques, le Musée de la danse avait déjà conçu 20 danseurs pour le XXe siècle, sorte de happening chorégraphique qui propose des focus sur des auteurs qui ont marqué l’histoire de la danse, d’Isadora Duncan à Jérôme Bel, de Fokine au krump. Transmises par les auteurs ou par des spécialistes, les danses ont ainsi été présentées à la Bibliothèque des Champs Libres à Rennes, au MoMA de New York, à Berlin au pied du monument aux morts soviétiques et à Londres à la Tate Modern. L’entrée au Palais Garnier, le temple de la danse est une mise en abyme réjouissante.

Caroline Bance – 20 danseurs pour le XXe siècle – Conception Boris Charmatz ©Agathe Poupeney

Hors scène traditionnelle, répartis dans les nombreux salons, foyer, galerie du rez-de-chaussée aux premières loges, les différents solos interprétés par les danseurs du Ballet sont comme les marque-pages d’un dictionnaire ouvert. Il faudrait se rendre chaque jour que dure cette entrée au répertoire (jusqu’au 11 octobre) pour avoir le temps de tout voir et de savourer sa propre déambulation, alors que des applaudissements jaillissent de part et d’autre du somptueux bâtiment. Au hasard, nous nous sommes rendus sur le grand escalier pour tomber sur un pantin tout de noir vêtu, des gants au bonnet. C’était le personnage Petrouchka de Michel Fokine, prisonnier dans sa cellule castelet. À même le sol glacial, le danseur Samuel Murez a dressé le portrait inquiétant d’une marionnette torturée et cassée.

Benjamin Pech - 20 danseurs pour le XXe siècle - Conception Boris Charmatz © Agathe-Poupeney

Benjamin Pech – 20 danseurs pour le XXe siècle – Conception Boris Charmatz ©Agathe Poupeney

Comme appelés de nouveau par les Ballets Russes, nous nous sommes retrouvés devant le faune et les nymphes de Nijinski dansés, mimés et commentés avec ferveur par Benjamin Pech. Auparavant, Pascal Aubin nous avait entraînés chez Pina Bausch, Jerome Robbins. À peine le temps de monter quelques marches, et nous tombâmes sur un bout de Forsythe avant d’enchaîner avec Dominique Bagouet. Julia Cogan en short mettait de la fraîcheur et une certaine insouciance dans interprétation d’un extrait de Meublé Sommairement, beaucoup mieux dans ce registre que dans le krump.

Mais le plus étonnant fut, après avoir croisé Charlie Chaplin via une mutine Sofia Parcen, de découvrir un solo énigmatique de l’Américain Vito Acconci. Assis en tailleur pour cette performance intitulée Trademarks, Yann Saïz a méticuleusement tatoué son corps de tampons encrés avant de les transférer sur des morceaux de papier sur lesquels on a pu déchiffrer de cruelles morsures. Ce fut la dernière danse puis le public s’en est allé. Dommage. Ne manquait à cet excellent début de soirée – qui se compléterait par un programme Balanchine/Millepied/Robbins, cette fois dans la salle – que quelques sièges pour les personnes âgées et un guide-programme plus précis.

Marie-Christine Vernay
Danse

Marie-Solène Boulet - 20 danseurs pour le XXe siècle - Conception Boris Charmatz © Agathe-Poupeney

Marie-Solène Boulet – 20 danseurs pour le XXe siècle – Conception Boris Charmatz ©Agathe Poupeney

Opéra Garnier, 20 danseurs pour le XXe siècle et programme Balanchine/Millepied/Robbins, jusqu’au 11 octobre. 

 
La super triplette

Autre bonne nouvelle, Dimitri Chamblas, chorégraphe, danseur, réalisateur revient dans la maison d’une partie de son enfance puisqu’il y fut petit rat. Depuis ses études au Conservatoire national supérieur de Lyon, il est resté ami avec Benjamin Millepied, qui a lui aussi suivi ce cursus, tout comme le troisième de la triplette, Boris Chamartz, qui est également un ami proche de Dimitri. Ce sont des retrouvailles prometteuses. Comme promis, Boris et Dimitri dansent toujours À bras le corps, un duo de 1993 dont Benjamin fut l’un des premiers spectateurs à Lyon. À l’Opéra, Dimitri Chamblas vient d’inaugurer le 15 septembre la 3ème Scène, une scène virtuelle qui s’ajoute au Palais Garnier et à la Bastille. Il s’agit d’une plateforme digitale de création qui héberge des œuvres commandées par l’Opéra à des artistes de renom.

M.-C. Vernay

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

0 commentaires

Dans la même catégorie

La danseuse inconnue

À partir d’une image acquise dans une vente en enchères, un voyage dans le temps à la poursuite de Marina Semenova, icône de la danse classique au temps de l’Union soviétique.

La Pavlova

Elle fut la première véritable diva du ballet. La star des tsars. Mondialement connue elle contribua à faire passer la danse de l’artisanat à l’industrie du rêve. Un livre, signé Martine Planells, retrace la vie d’Anna Pavlova, danseuse et chorégraphe de légende.

Bailographies à Mont-de Marsan

La 31e édition du festival Arte Flamenco de Mont-de-Marsan s’est tenue du 2 au 6 juillet. Programmation de qualité, mélange générationnel, la manifestation ne s’essouffle pas. En prime, une très belle expo photo signé Michel Dieuzaide.

Maguy Marin ou l’urgence

Œuvre d’amour, d’admiration, Maguy Marin : l’urgence d’agir, le film de David Mambouch sur sa mère chorégraphe n’a rien de convenu. Le réalisateur travaille l’épaisseur et la densité du vécu, sait laisser parler, prend lui-même la parole. Et l’on sent qu’il y a, de son côté, une exploration des origines, que le ballet May B, conçu par Maguy Marin alors qu’elle était enceinte de lui, est pour lui un second ventre maternel. 

Christian Rizzo en terre de lumière

Dans Une maison, sa nouvelle création, Christian Rizzo convie quatorze danseurs emportés dans un flux continu de mouvements ponctués par de nombreuses entrées et sorties. On est tantôt sous un chapiteau avec des personnages qui portent des chapeaux pointus, turlututu !, dans une boîte de nuit pour un slow, dans une mascarade basque, dans un carnaval masqué où les mains se saisissent pour une ronde et autres farandoles. Le spectacle, créé après résidence à Bonlieu, Scène nationale d’Annecy, part pour une tournée internationale avant qu’on ne le retrouve en France avec de nombreuses dates l’an prochain et en ouverture du prochain festival Montpellier Danse en juin. (Lire l’article)