La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Jouissif échec
| 28 Avr 2020

Le coin des traîtres : pièges, surprises, vertiges, plaisirs et mystères de la traduction…

L’Argentin Marcos Mundstock est mort mercredi 22 avril. L’occasion de revoir quelques sketches des  Luthiers. Et d’envisager la traduction, soudain, comme un jouissif échec… 

Si le sous-titrage ne s’affiche pas automatiquement au bout de 3 secondes, cliquer sur le bouton    en bas à droite de la vidéo, et sélectionner “Français”.

D’autres vidéos sont à visionner ici… mais il vaut mieux comprendre – un peu – l’espagnol.

Encore que…

Christilla Vasserot
Le coin des traîtres

La chaîne YouTube du groupe Les Luthiers

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Les maquilleurs de mots

Escroc, maquilleur d’autos, contrebandier, cambrioleur : le traducteur ouvre ce qu’on croit hermétiquement fermé, il crochète les langues et les cultures, il met en circulation. Il n’aime pas plus l’idée d’une œuvre achevée que le braqueur un coffre-fort. Son butin, il le refourgue ailleurs. Il prend, il donne, il fait profiter.

Chercher des passages

Je ne crois pas qu’on puisse devenir un bon traducteur si l’on n’aime pas « la » langue, c’est à dire les langues, dans toutes leurs diversités, si  l‘on n’est pas persuadé que comprendre le monde demande « plus d’une langue », si l’on n’est pas prêt à mettre le nez dehors, hors de sa langue…

Le migrateur est un traducteur

Joies et surprises d’un atelier d’écriture avec des réfugiés de Calais. Pashto, ourdou, dari, arabe, tigrinya, persan, bengali, anglais, français : les murs linguistiques n’existent pas.

Fourscore et les oiseaux

De tous les algorithmes de traduction automatique, ceux à base de réseaux de neurones sont sans doute les plus performants. Mais pas fiables à tous les coups. La preuve par un discours d’Abraham Lincoln…

Un idiot utile

Les programmes de traduction automatique ne cessent de s’améliorer. Mais traiter la langue comme un objet statistique, sujet aux calculs de probabilité, ne permet toujours pas de dégager le sens des énoncés.