La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

J11 – Psychanalyse de la touillette
| 27 Oct 2015

“Footbologies” : les mythes et les représentations propres à un championnat de football analysés journée après journée de Ligue 1.

Dimanche soir, pour la réception de Saint-Étienne, Laurent Blanc ne mâchonnait pas une de ces fameuses touillettes qui sont sa marque de fabrique depuis ses débuts d’entraîneur à Bordeaux. Victoire 4-1 du Paris Saint-Germain, une des prestations les plus abouties de l’ère qatarie, quatre jours après un décevant match nul 0-0 contre le Real Madrid en Champion’s League. Sur le plan symbolique, que signifie la touillette ? Et que dit sa disparition ?

La fonction première de la touillette est d’assurer le bon mélange du café et du sucre. Faciliter sa dissolution du sucre en morceaux ou s’assurer que tout le sucre en poudre ne stagne pas au fond de la tasse. De la même façon, l’entraîneur fait en sorte que les individualités se fondent dans le collectif, et que personne ne se sente en marge de l’équipe. La touillette exprime l’anxiété du bon dosage, le souci d’équilibre du breuvage. Or, dimanche, les attaquants parisiens ont enfin affiché leur complémentarité : des dédoublements, de bons enchaînements, des déplacements homogènes et un altruisme inédit. Ibra s’avère finalement soluble dans le PSG : plus besoin de la touillette ! 

Néanmoins, une touillette seule souligne l’absence du café. On se souvient que Marcelo Bielsa en buvait pendant les matchs de l’Olympique de Marseille. Pas Laurent Blanc. Et s’il en buvait, ce serait avec du sucre, à en croire la touillette. Alors qu’on imagine plutôt l’austère Bielsa l’aimer noir. Le sucre efface l’amertume, adoucit, il rappelle le canard qu’on donne aux enfants. Ajoutez-y que la touillette a pour fonction de pallier à la cigarette, pour que sa symbolique l’oppose clairement à tout ce qui relève des vices de l’adulte : cigarette et café noir.

Rien d’étonnant : le suçotement caractérise pour Freud le stade oral, le premier de l’évolution de l’enfant, jusqu’à dix-mois. Pour l’entraîneur soumis au stress du résultat, ces formes de la tétée que représentent la sucette, le chewing-gum ou la touillette, symbolisent le désir de réconfort, le retour à la mère protectrice. Pas en tant qu’hommes, bien sûr, mais en tant qu’ils incarnent une fonction, et surtout un club. 

Fondé en 1970, le Paris Saint-Germain est un club adolescent à l’échelle du football européen. Issu de la fusion de clubs plus anciens, certes, mais amateurs. Et qui cherche depuis quelques saisons à se faire une place parmi les grands d’Europe, comme si – passé de la primaire du championnat de France au collège de la Champion’s League –, le club avait changé de cour. Du plus grand parmi les petits au petit parmi les grands, un statut qu’il cherche à modifier. En 2013, beaucoup se sont étonnés du remplacement de l’expérimenté Carlo Ancelotti –trois Champion’s avec le Milan AC et le Real Madrid, et qui venait de remporter le championnat avec Paris– par un jeune entraîneur diplômé depuis seulement six ans, dont le palmarès ne comptait qu’un titre de champion de France et une coupe de la Ligue avec Bordeaux. C’est en ces termes qu’il faut le comprendre : un entraîneur en devenir pour un club qui veut grandir. Blanc et le PSG deviendront adultes ensemble.

Mais la touillette en plastique est jetable. Comme la cigarette, elle dit l’éphémère, une étape à dépasser, celle de l’incorporation, qui caractérise le premier stade freudien : l’enfant veut goûter à tout, de façon compulsive, irraisonnée, et sa personnalité est liée à ces expériences. Ainsi s’explique la boulimie du PSG, qui cherche encore à définir sa propre identité, notamment depuis le rachat par les qataris : championnats, coupes, le PSG joue sur tous les tableaux, il veut tout, tous les titres et tous les plus grands joueurs, quitte à débourser des sommes irraisonnés.

Evidemment, le PSG préfère se persuader d’avoir déjà atteint l’âge de raison. En psychanalyse, c’est l’acquisition de la parole qui marque la fin du stade oral, voilà pourquoi la communication de Laurent Blanc est contrôlée à l’extrême – diction lente, ton posé, sévérité paternaliste– et en rajoute dans le formel –le cérémonieux “monsieur” avant le nom de chaque journaliste. Après la déception du match contre Madrid, l’abandon de la touillette veut marquer symboliquement une maturité que confirme la prestation pleine de maîtrise contre Saint-Etienne : finies les incertitudes et l’inconstance d’une fragile touillette qu’une autre vient remplacer au match suivant. Place au chewing-gum, ce symbole des adolescents rebelles, qui le mâchonnent la bouche ouverte : résistant, élastique, qu’on peut mastiquer sans fin. Mais qui ne change rien à la pulsion de suçotement…

Sébastien Rutés
Footbologies

[print_link]

0 commentaires

Dans la même catégorie

J38 – Ecce homo

En cette dernière journée de la saison, une question demeure : pourquoi une telle popularité du football ? Parce que le supporteur s’y reconnaît mieux que dans n’importe quel autre sport. Assurément, le football est le sport le plus humain. Trop humain. Le football est un miroir où le supporteur contemple son propre portrait. Le spectateur se regarde lui-même. Pas comme Méduse qui se pétrifie elle-même à la vue de son reflet dans le bouclier que lui tend Persée. Au contraire, c’est Narcisse tombé amoureux de son propre visage à la surface de l’eau. (Lire l’article)

J35 – Le bien et le mal

Ses détracteurs comparent souvent le football à une religion. Le terme est péjoratif pour les athées, les croyants moquent une telle prétention, et pourtant certains supporteurs revendiquent la métaphore. Le ballon leur est une divinité aux rebonds impénétrables et le stade une cathédrale où ils communient en reprenant en chœur des alléluias profanes. Selon une enquête réalisée en 2104 aux États-Unis, les amateurs de sport sont plus croyants que le reste de la population. Les liens entre sport et religion sont nombreux : superstition, déification des sportifs, sens du sacré, communautarisme, pratique de la foi… Mais surtout, football et religion ont en commun de dépeindre un monde manichéen. (Lire l’article)

J34 – L’opium du peuple

Devant son écran, le supporteur hésite. Soirée électorale ou Lyon-Monaco ? Voire, le clásico Madrid-Barcelone ? Il se sent coupable, la voix de la raison martèle ses arguments. À la différence des précédents, le scrutin est serré, quatre candidats pourraient passer au second tour. D’accord, mais après quatre saisons dominées par le Paris Saint-Germain, la Ligue 1 offre enfin un peu de suspense… Dilemme. Alors, le supporteur décide de zapper d’une chaîne à l’autre, un peu honteux. Le football est l’opium du peuple, et il se sait dépendant… (Lire l’article)

J33 – Coup de comm’

Candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a récemment déclaré sa flamme à l’Olympique de Marseille. Dans un football français polarisé par la rivalité Paris-Marseille révélatrice de vieux enjeux socio-culturels, voilà une prise de position étonnamment tranchée pour celui que ses adversaires accusent d’être « d’accord avec tout le monde ». Dans des campagnes électorales où tout est précisément calculé par les conseillers en communication, le supporteur voudrait que le choix du club fût celui du cœur. Il n’en est rien, les clubs ont une image qu’il est plus ou moins recommandable d’associer à celle d’un candidat. Alors, pourquoi ce choix en apparence clivant pour le candidat du consensus ? (Lire l’article)

J32 – Les fils de Samson

Contre Lille, Mario Balotelli a inscrit un doublé. L’efficacité retrouvée de la plus célèbre crête de Ligue 1 offre l’opportunité de s’interroger sur les rapports complexes des footballeurs à leur coiffure. À première vue, la coupe de cheveux participe de la mise en valeur du corps, au même titre que le tatouage. Le corps est un instrument de travail dont on prend soin. Son efficacité suscite une fierté qui mérite d’être rendue publique. On se souvient du même Balotelli, torse nu, immobile, tous muscles bandés après son chef-d’œuvre contre l’Allemagne à l’Euro 2012 : le rapport amoureux de l’artisan à ses outils. (Lire l’article)