Machines à voir

Dédiée à la critique et à l’analyse des création culturelles en Espagne, en Amérique latine et au-delà, la publication en ligne Campo de relámpagos (Champ d’éclairs) a commencé à paraître en avril 2016. Son objectif était de susciter la production de textes critiques sur l’art contemporain mais aussi d’inventer, en étroite collaboration avec les artistes, chercheurs et écrivains, un espace de pensée sur les manifestations symboliques de notre temps.
La revue est divisée en deux sections : Crítica & reviews, une publication hebdomadaire où l’art est lié à l’écriture, où chaque dimanche un auteur analyse un nouvel objet culturel d’actualité ; et Máquinas de visión (Machines à voir), rendez-vous mensuel où les artistes développent leurs réflexions en utilisant principalement la poétique et les ressources techniques de l’image au format vidéo.
Les axes thématiques de la revue sont les rapports entre art et politique, les études culturelles associées aux imaginaires contemporains, les lectures historiques sur l’architecture et l’art public, les études de genre en art, l’anthropologie et la culture visuelle, l’économie de l’art et les rapports avec les institutions.
Nombre des auteurs publiés dans Campo de relámpagos sont de jeunes chercheurs, souvent des femmes. L’égalité des genres et la volonté de faire entendre de nouvelles voix ont inlassablement été au cœur de ce projet. Avec le souci de maintenir un haut niveau de recherche et de réflexion, condition indispensable pour contribuer à bâtir une communauté artistique, mettre en place des outils et agencer des idées pour un débat productif, dans un environnement toujours plus complexe. Et une même exigence : maintenir une politique d’indépendance et de libre distribution de la pensée, et favoriser le travail critique des artistes.
Campo de relámpagos partage désormais ses Machines à voir avec les lecteurs délibéré, qu’elle invite à côtoyer d’autres imaginaires.
Maria Virginia Jaua
directrice et fondatrice de Campo de relámpagos

Altamura

12 août 2020
So we can imagine the cosmic butler carrying out bundles of unworkable monstrosities, our failures. (William Burroughs) Je ne suis pas en colère contre vous, qui êtes la norme, je suis en colère contre moi, parce que j’ai accepté de venir ici. Et ça ne me fait pas plaisir, en effet. (Jean Genet)
Luis Felipe Ortega
Helena Lumbreras, Mariano Lisa : Cantar de ciego

Cantar de ciego

12 juin 2020
Extrait d'un documentaire sur la paysannerie espagnole tourné clandestinement, ce film est un modèle de cinéma politique. Il révèle le talent de la cinéaste Helena Lumbreras (1935-1995).
Helena Lumbreras, Mariano Lisa / María Virginia Jaua
Katrin Memmer - My favorite piece of art

My favorite piece of art

3 mai 2020
Le film de Memmer est, comme la chanson qui l'accompagne, une parabole douce amère qui souligne la belle rhétorique de l'échec durant les années de formation : chuter, se relever, chuter, se relever.
Katrin Memmer / Ángela Bonadies
Lights - Marie Menken

Lights

9 avril 2020
Le film de Marie Menken (1909-1970), est un formidable cocktail d'expérimentation, de fantaisie, de fureur et d'enthousiasme graphiques, une écriture luminescente, un poème abstrait conçu à partir d'images de décorations lumineuses de Noël.
Marie Menken / Ángela Bonadies

Lecture rythmique

8 mars 2020
Lecture rythmique, de l'artiste vénézuélien Iván Candeo, confronte des images  et un texte a priori sans rapport. Gestuelle de discours politique et recette de cuisine sont seulement unies par le rythme pour créer, avec humour, un troisième langage.
Iván Candeo / Ángela Bonadies

Poor Cinderella, still ironing her husband shirt

8 février 2020
Poor Cindarella, still ironing her husband shirt est un loop infini. Une ritournelle qui repose sur le principe de la cassure, sur les coupes et la manipulation du négatif.
Miñuca Villaverde / Carlos A. Aguilera
Le cœur, par Keila Alaver

Le Cœur

11 janvier 2020
L'œuvre de Keila Alaver interroge la relation entre l’image en mouvement et le texte. Le Cœur est un livre, mais aussi une pièce éphémère et une action qui se répète : s'atteler chaque jour à la même tâche, séparer le cœur métaphorique du cœur anatomique.
Keila Alaver / Ángela Bonadies
Stan Brakhage, Window Water Baby Moving

Window Water Baby Moving

14 décembre 2019
Window Water Baby Moving (1959) est l'un des films les plus célèbres du cinéaste expérimental américain Stan Brakhage (1933-2003). Il y montre la naissance de sa première fille. Le film fit scandale à l'époque à cause de la représentation du corps de la femme.
Stan Brakhage / Irmgard Emmelhainz