La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Pour le coup de blues des confiné·e·s: Disparaître
| 21 Mar 2020

Comment ça, vous avez un coup de blues ?

C’est quoi ? La grisaille de l’hiver ? L’épidémie de coronavirus ? Le confinement ? La réforme des retraites ? Les violences policières ? La crise des hôpitaux ? La réforme du bac et de l’université ? La montée de l’extrême-droite ? L’impunité des violeurs et harceleurs sexuels ? La crise migratoire ? La guerre en Syrie ?

Ah, vous voulez dire que c’est général ? Vous ne savez plus trop ?

Allons, allons.

Une pointe de lassitude peut-être ?

Comment ça, vous voulez disparaître ?

Allons, allons.

De l’avis général, il est difficile d’aller tout à fait bien en ce moment. Les gens, dans le meilleur des cas, traînent un peu des pieds, et c’est, pour le service de médecine littéraire, autant de patient.e.s qu’il nous faut, de fait, prendre en charge.

Alors quoi ? On leur prescrit de l’évasion, de l’oubli ? C’est possible. Et ça peut marcher (pas impossible d’ailleurs que l’on prépare une petite sélection en ce sens un de ces jours). Mais on peut aussi vous prendre au mot. Vous voulez disparaître ? Soit. On a ce qu’il vous faut.

Evan Ratliff © Jonah Green/Marchialy

Car disparaître est tout un art. Certains l’ont tenté, avec plus ou moins de succès. Certains, même, ont raconté la chose, à nous d’en tirer les enseignements nécessaires. C’est le cas d’Evan Ratliff, journaliste américain, qui a tenté l’expérience et la raconte dans Disparaître (récit publié avec Dans la nature, deuxième récit sur le thème de la disparition, ce mois-ci aux éditions Marchialy, traduit de l’anglais par Charles Bonnot).

« Le principe est simple : je vais essayer de disparaître pendant un mois et de commencer une nouvelle vie sous une autre identité. Les lecteurs du magazine, ou quiconque entendra parler de la traque, essaieront de me retrouver. »

Et c’est parti : « L’idée de ce concours est venue d’une série d’interrogations : est-il difficile de disparaître à l’ère du numérique ? ».

Et c’est parti. Les « chasseurs » s’organisent, créent des groupes de discussion, échangent leurs informations, les compilent. Le fuyard, après avoir modifié son apparence physique, zigzague, change de moyen de transport, multiplie les ruses et les leurres. La moindre trace, notamment numérique, est disséquée, analysée. Difficile de bouger un orteil ici-bas de nos jours sans laisser d’empreinte numérique.

Conclusion post-traque : « ma vie privée était une fiction moderne. Il s’avère que les gens – des gens ordinaires – peuvent bel et bien compiler des dossiers incroyables, remplis d’informations vous concernant ». Concrètement : « Quelle que soit la raison pour laquelle vous avez décidé d’abandonner votre ancienne personnalité et votre entourage, il vous faudra plus qu’un bon alibi et une banane remplie de billets pour les remplacer ».

Autrement dit, il est probable que la plupart d’entre nous soient obligés de rester, d’affronter ce qui nous tient lieu de quotidien, même s’il semble absurde, pénible, ou tout simplement pas bien gai.

Rester, affronter la réalité. Mais comment ? Le service de médecine littéraire sera, en ces temps difficiles, à vos côtés, n’en doutez pas, et ne saurait trop vous recommander de ne pas vous précipiter sur le papier toilette dans les supermarchés. En ces temps de confinements plus ou moins marqués, ce dont vous aurez besoin, vraiment, pour faire face avec dignité, ce n’est pas de PQ, mais, bien sûr, de livres (à commander, télécharger, etc…).

Et nous sommes là, nous serons là, de pied ferme, pour vous en prescrire.

Très bonne lecture à tous.

Evan Ratliff, Disparaître dans la nature, traduit de l’anglais (États-Unis) par Charles Bonnot, éditions Marchialy, mars 2020

Evan Ratliff, Disparaître suivi de Dans la nature, traduit de l’anglais (États-Unis) par Charles Bonnot, éditions Marchialy, mars 2020

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dans la même catégorie

Combats de rue

Collaborateurs de délibéré, Juliette Keating (texte) et Gilles Walusinski (photos) publient chez L’Ire des marges  À la rue, livre-enquête engagé dont le point de départ est l’expulsion à l’été 2016, de treize familles roms de leur lieu de vie de Montreuil, en Seine-Saint-Denis.

Animaux de transport et de compagnie

Jacques Rebotier aime les animaux. Il les aime à sa façon. Il en a sélectionné 199 dans un livre illustré par Wozniak et publié par le Castor Astral. Samedi 2 mars, à la Maison de la Poésie, en compagnie de Dominique Reymond et de Charles Berling, il lira des extraits de cet ouvrage consacré à une faune étrange, partiellement animale.

“Un morceau de terre, un morceau de toile, une place”

Dans le troisième livre de la série “Des îles”, Mer d’Alborán 2022-2023, Marie Cosnay enquête sur ces lieux à part que sont ceux où “logent les morts”. Dans leur voyage périlleux entre les rives algérienne et espagnole, des hommes et des femmes disparaissent, engloutis par les eaux. Qu’en est-il des corps qui reviennent? Œuvre majeure pour crier l’inacceptable, mais avec bien plus qu’un cri: l’amour.

Jon Fosse ou la musique du silence

Si Shakespeare utilise dans son oeuvre un vocabulaire de 20.000 mots là où Racine n’en a que 2000, Fosse, lui, tournerait plutôt autour de 200. Une décroissance qui n’est pas un appauvrissement: comme ses personnages, la langue de Fosse est en retrait, en grève du brouhaha et de l’agitation du monde.

Queen of the Ice Men

Au commencement était l’image, et l’image était reine. Retour sur la Reine de glace, la vraie, celle dessinée par l’illustrateur Robert Gibson Jones en 1949 en couverture du pulp magazine « Fantastic Adventures ».