La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

France-Portugal : Dieu n’existe que de temps en temps
| 12 Juil 2016

Sérieusement, vous voulez que j’écrive là-dessus ?

Je me pose la question et ne sais pas trop quoi répondre.

À l’origine, j’ai accepté en pensant que si tout se passait bien, j’écrirais sur l’équipe de France.

C’était le seul intérêt de cet Euro. Et plus les jours passaient, mieux les choses se présentaient.

Pourquoi les Français ? Comme toujours, pour des raisons résolument extra-sportives.

Une équipe européenne avec sept Noirs ! Face aux résurgences des formes les plus démentielles de racisme, rien de plus merveilleux que de voir ces Français de deuxième génération s’approprier l’équipe nationale, le symbole par excellence de la patrie, du moins dans l’étrange acception télévisuelle de la patrie dont nous avons hérité.

La victoire contre les Allemands m’a mis de bonne humeur, et je me suis promis une finale irrésistible des Bleus contre la médiocre équipe du Portugal et sa superstar qui fleure bon la publicité pour déodorant et le marketing bourgeois.

Et hop, poursuivi par les changements d’heure et de continent, je réussis à m’échapper avant la fin d’une table ronde sur les revues culturelles universitaires pour voir la finale, enfermé dans mon hôtel de Gijón.

Et là, déception : ça joue à la baballe, un festival de passes ratées, sans génie, et la belle mécanique française qui s’enraye. Alors, la question maligne revient me tarauder : sérieusement, vous voulez que j’écrive là-dessus ?

Et quand, à la 92ème minute, entre désespoir et ennui, j’espère un acte de justice qui donnerait la victoire à la France dans le temps additionnel, un ballon qui aurait dû finir au fond des filets heurte le poteau portugais.

Pire encore, dans les prolongations, ce but venu de nulle part qui scelle l’injuste destin du match.

Qu’a fait le Portugal pour mériter de soulever la coupe ?

Rien.

Ce qui confirme ma théorie que Dieu n’existe que de temps en temps, et que les rares fois où il existe, c’est pour récompenser l’injustice, la médiocrité et le conservatisme.

Paco Ignacio Taibo 2
traduit de l’espagnol par Sébastien Rutés 

Mexicain né à Gijón (Espagne), Paco Ignacio Taibo 2 est historien, romancier et promoteur culturel. Il est l’auteur d’une soixantaine d’ouvrages de toute sorte, dont les biographies internationalement reconnues Ernesto Guevara, aussi connu comme le Che (Métailié et Payot, 1997) et Pancho Villa, roman d’une vie (Payot, 2009). Considéré comme le fondateur du courant néo-policier en Amérique latine, il a rendu célèbres ses héros de roman noir, Héctor Belascoarán Shayne, Olga Lavanderos et José Daniel Fierro, qui dénoncent inlassablement la corruption de l’état mexicain. Il est le créateur de la Semana Negra de Gijón, le plus gros festival consacré au roman noir au monde, qui fête en ce moment même sa 29ème édition. Son dernier ouvrage publié en France est le roman graphique Pancho Villa, la bataille de Zacatecas, illustré par Eko (Nada, 2015).

[print_link]

0 commentaires

Dans la même catégorie

J38 – Ecce homo

En cette dernière journée de la saison, une question demeure : pourquoi une telle popularité du football ? Parce que le supporteur s’y reconnaît mieux que dans n’importe quel autre sport. Assurément, le football est le sport le plus humain. Trop humain. Le football est un miroir où le supporteur contemple son propre portrait. Le spectateur se regarde lui-même. Pas comme Méduse qui se pétrifie elle-même à la vue de son reflet dans le bouclier que lui tend Persée. Au contraire, c’est Narcisse tombé amoureux de son propre visage à la surface de l’eau. (Lire l’article)

J35 – Le bien et le mal

Ses détracteurs comparent souvent le football à une religion. Le terme est péjoratif pour les athées, les croyants moquent une telle prétention, et pourtant certains supporteurs revendiquent la métaphore. Le ballon leur est une divinité aux rebonds impénétrables et le stade une cathédrale où ils communient en reprenant en chœur des alléluias profanes. Selon une enquête réalisée en 2104 aux États-Unis, les amateurs de sport sont plus croyants que le reste de la population. Les liens entre sport et religion sont nombreux : superstition, déification des sportifs, sens du sacré, communautarisme, pratique de la foi… Mais surtout, football et religion ont en commun de dépeindre un monde manichéen. (Lire l’article)

J34 – L’opium du peuple

Devant son écran, le supporteur hésite. Soirée électorale ou Lyon-Monaco ? Voire, le clásico Madrid-Barcelone ? Il se sent coupable, la voix de la raison martèle ses arguments. À la différence des précédents, le scrutin est serré, quatre candidats pourraient passer au second tour. D’accord, mais après quatre saisons dominées par le Paris Saint-Germain, la Ligue 1 offre enfin un peu de suspense… Dilemme. Alors, le supporteur décide de zapper d’une chaîne à l’autre, un peu honteux. Le football est l’opium du peuple, et il se sait dépendant… (Lire l’article)

J33 – Coup de comm’

Candidat à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron a récemment déclaré sa flamme à l’Olympique de Marseille. Dans un football français polarisé par la rivalité Paris-Marseille révélatrice de vieux enjeux socio-culturels, voilà une prise de position étonnamment tranchée pour celui que ses adversaires accusent d’être « d’accord avec tout le monde ». Dans des campagnes électorales où tout est précisément calculé par les conseillers en communication, le supporteur voudrait que le choix du club fût celui du cœur. Il n’en est rien, les clubs ont une image qu’il est plus ou moins recommandable d’associer à celle d’un candidat. Alors, pourquoi ce choix en apparence clivant pour le candidat du consensus ? (Lire l’article)

J32 – Les fils de Samson

Contre Lille, Mario Balotelli a inscrit un doublé. L’efficacité retrouvée de la plus célèbre crête de Ligue 1 offre l’opportunité de s’interroger sur les rapports complexes des footballeurs à leur coiffure. À première vue, la coupe de cheveux participe de la mise en valeur du corps, au même titre que le tatouage. Le corps est un instrument de travail dont on prend soin. Son efficacité suscite une fierté qui mérite d’être rendue publique. On se souvient du même Balotelli, torse nu, immobile, tous muscles bandés après son chef-d’œuvre contre l’Allemagne à l’Euro 2012 : le rapport amoureux de l’artisan à ses outils. (Lire l’article)