Le porno en audio

Une chambre d’hôtel un peu chic en désordre. Un collier de perles à même le sol, une robe de soirée roulée en boule. Un sextoy sur le bord de la baignoire. Ça, c’est ce que j’ai vu, ce mardi, lors de la présentation à l’hôtel Grand Amour, à Paris, de l’œuvre Chambre 206, d’Olympe de G.

Sur mes oreilles, un casque – et en son binaural, la scène. Un couple qui fait l’amour, voix chaude, sons mouillés. Du porn sans image, donc. L’audio crée un rapport d’intimité immédiate, bien plus fort que le visuel. On est immédiatement dans le ressenti. Une impression renforcée par la qualité du son, « enregistré sur place », explique Olympe de G., « ce qui crée cette sensation d’autant plus frappante » : quand la porte claque, j’ai beau avoir les yeux grand ouverts et savoir que je suis dans une fiction audio, je tourne la tête pour voir qui entre, avec une sorte d’appréhension – va-t-on, moi aussi, me sauter dessus ?

La grande force de Chambre 206, c’est son côté suggestif, immédiat. « On a enregistré des parties où Lélé, la performeuse, décrivait ce qu’elle faisait très concrètement, raconte Olympe de G. Au montage, Antoine Bertin, l’artiste sonore avec qui je travaillais, a proposé qu’on aille davantage dans la suggestion. Il avait raison. »

Au final, ce sont cinq minutes d’une scène particulièrement hot que j’ai pu écouter – sans les hashtags traditionnels de l’industrie du porn, sans les injonctions et les exercices obligés dont les pornhubs font leur gras (« je te prends comme ci et ensuite comme ça, et quand je te traite de ceci, tu ouvres la bouche et alors je… »). « L’idée, pour moi, c’est de montrer un porn différent, de changer le regard sur la pornographie », argumente l’auteure qui a réalisé quatre films X « dont un avec de très gros plans et des ralentis, toujours dans l’idée de montrer les choses différemment ».

Preuve que même le porno change, c’est Audible, plateforme de téléchargement de livres audio – et marque d’Amazon –, qui soutient financièrement cette fiction. Chambre 206 marque ainsi le lancement de Libido, une collection audio dédiée au plaisir, en lien notamment avec les éditions spécialisées La Musardine et Tabou.

Je sors de la chambre un peu tourneboulée, il faut bien le dire – un métier difficile que celui de journaliste culture. Autour, les guests parlent de qualité de son, de « belles voix ». Et aussi de sentiment de frustration : cinq minutes, c’est vite fait quand même. « On avait peur d’être ennuyeux, s’amuse Olympe de G., c’est le contraire qui s’est produit. » Et comme toute cette affaire de porn audio n’en est qu’à ses débuts, « on ne va pas rester sur de la frustration, il y aura bientôt une version de la Chambre 206 de trente minutes ». Miam.

Stéphanie Estournet
Livres

Chambre 206 : Imaginary Club Experience, par Olympe de G. Lu par Piu Piu, Ohshititslele, Big B. Durée : 5’. Prix : 0,26 €

GuardarGuardarGuardarGuardar

GuardarGuardar