La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Benjamin Millepied, trois petits tours et puis s’en va
| 04 Fév 2016
Benjamin Millepied quitte l'Opéra de Paris © Ann Ray/OnP

© Ann Ray/OnP

On n’aura pas eu le temps de mieux cerner son projet car le chorégraphe Benjamin Millepied, dont la compagnie est installée à Los Angeles, quitte la direction de la danse à l’Opéra de Paris. Il avait pris ses fonctions le 1er novembre 2014. Agacé sans doute par certains danseurs très “maison”, ayant sous-estimé peut-être le poids de la part administrative de sa fonction, il ne s’est pas encore exprimé sur son départ – sa démission ? Son esprit frondeur, très américain, ne semble pas avoir collé avec la grande maison très française. Une conférence de presse prévue par la direction de l’Opéra ce jeudi 4 février à 15h devrait éclairer les raisons de ce départ précipité et à effet immédiat. 

Benjamin Millepied claque la porte… et la bise à Aurélie Dupont

Lors de la conférence de presse ce jeudi 4 février au Palais Garnier, le directeur de l’Opéra national de Paris, Stéphane Lissner a mis fin aux fonctions de Benjamin Millepied à la direction de la danse et a annoncé l’arrivée de sa remplaçante, l’étoile Aurélie Dupont. Tout devrait rentrer dans l’ordre, comme l’a laissé entendre la nouvelle directrice qui s’est dite “heureuse, touchée, honorée” et qui a précisé que “l’opéra est une vieille dame, et il faut la respecter. Je vais prendre mon temps et amadouer cette vieille dame”. Issue de la “maison”, elle en sera sans doute capable.

D’ailleurs, Benjamin Millepied dont la compagnie – L.A.Dance Project – est installée à Los Angeles, comme son nom l’indique, lui a claqué une bise, avant de claquer la porte en imaginant le futur : “Avec Aurélie, très exigeante, la compagnie dansera merveilleusement. The future is bright.” Il a dit également être inspiré par les danseurs dans son travail de chorégraphe et que sa position au Ballet de l’Opéra ne lui convenait pas. Bref être chorégraphe et directeur d’un ballet de 154 personnes ne semble pas être compatible ou en tout cas “poser des questions” comme l’a rappelé en introduction de la conférence de presse Stéphane Lissner.

Tout ce remue-ménage aurait pu être évité. La renommée de Benjamin Millepied, qui se trouve aussi être le mari de Natalie Portman, sa brillante carrière de soliste au New York City Ballet, la tenue de ses compositions chorégraphiques, son esprit d’entrepreneur… tout cela avait semblé plaire. La promesse d’un vent nouveau soufflant sur le ballet aussi. Mais l’esprit conservateur est plus fort et les maladresses du très direct Benjamin Millepied ont eu raison de ses désirs de renouvellement. Le documentaire Relève diffusé sur Canal+ le 23 décembre et qui lui était consacré ainsi qu’à l’une de ses pièces Clear, Loud, Bright, Forward a choqué en interne. Le chorégraphe s’y prononçait sur le Ballet : “C’est quoi l’excellence de l’Opéra exactement ? Je ne suis pas encore satisfait de la façon dont ça danse en scène.” Pas de quoi fouetter un chat et encore moins un danseur… La disparition de “la danse des négrillons” dans La Bayadère au profit de “la danse des enfants” avait aussi créé quelques remous, Benjamin Millepied ayant refusé que les danseurs de l’école de l’Opéra soient maquillés en noir.

Bref, le cygne noir du Lac interprété par un danseur noir, ce n’est pas encore pour demain.

Marie-Christine Vernay
Danse

[print_link]

EnregistrerEnregistrer

0 commentaires

Dans la même catégorie

La danseuse inconnue

À partir d’une image acquise dans une vente en enchères, un voyage dans le temps à la poursuite de Marina Semenova, icône de la danse classique au temps de l’Union soviétique.

La Pavlova

Elle fut la première véritable diva du ballet. La star des tsars. Mondialement connue elle contribua à faire passer la danse de l’artisanat à l’industrie du rêve. Un livre, signé Martine Planells, retrace la vie d’Anna Pavlova, danseuse et chorégraphe de légende.

Bailographies à Mont-de Marsan

La 31e édition du festival Arte Flamenco de Mont-de-Marsan s’est tenue du 2 au 6 juillet. Programmation de qualité, mélange générationnel, la manifestation ne s’essouffle pas. En prime, une très belle expo photo signé Michel Dieuzaide.

Maguy Marin ou l’urgence

Œuvre d’amour, d’admiration, Maguy Marin : l’urgence d’agir, le film de David Mambouch sur sa mère chorégraphe n’a rien de convenu. Le réalisateur travaille l’épaisseur et la densité du vécu, sait laisser parler, prend lui-même la parole. Et l’on sent qu’il y a, de son côté, une exploration des origines, que le ballet May B, conçu par Maguy Marin alors qu’elle était enceinte de lui, est pour lui un second ventre maternel. 

Christian Rizzo en terre de lumière

Dans Une maison, sa nouvelle création, Christian Rizzo convie quatorze danseurs emportés dans un flux continu de mouvements ponctués par de nombreuses entrées et sorties. On est tantôt sous un chapiteau avec des personnages qui portent des chapeaux pointus, turlututu !, dans une boîte de nuit pour un slow, dans une mascarade basque, dans un carnaval masqué où les mains se saisissent pour une ronde et autres farandoles. Le spectacle, créé après résidence à Bonlieu, Scène nationale d’Annecy, part pour une tournée internationale avant qu’on ne le retrouve en France avec de nombreuses dates l’an prochain et en ouverture du prochain festival Montpellier Danse en juin. (Lire l’article)