La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Bienvenue au festival In Extremis
| 03 Mai 2022

Le printemps sera chaud au Théâtre Garonne de Toulouse. À peine remis de L’Histoire à venir (du 12 au 15 mai),  le théâtre d’art et d’essai fondé et dirigé par Jacky Ohayon lance du 17 mai au 11 juin une nouvelle édition du festival In Extremis, avec cette année en fil conducteur le thème de l’hospitalité. Quatorze propositions figurent au programme qui conjugue théâtre, danse, musique, installations. Où l’on retrouve plusieurs habitués des lieux, tel Sylvain Creuzevault qui remet une fois encore la table pour les révolutionnaires de 1848 (Banquet Capital),  Mohamed el Khatib (Gardien Party), ou encore la chorégraphe Simone Aughterlony (Remaining Strangers). À l’affiche aussi, un presque classique des arts de rue, Silence encombrant, créé en 2011 par la compagnie Kumulus. En tout quatorze propositions qui brassent le monde, avec des artistes de tous les horizons géographiques (Grèce, États-Unis, Belgique, Brésil, Israël, Suisse, Nouvelle Zélande…), adeptes du déplacement des frontières entre disciplines et entre scène et salle.

RS

In extremis 2022-Hospitalités, Théâtre Garonne de Toulouse, du 17 mai au 11 juin.

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

La conteuse aux pieds nus

« Une nuit à travers la neige » est adaptée de « L’Homme qui rit » de Victor Hugo par Ariane Pawin. Du conte, du théâtre-récit, du mime, de la peinture aussi grâce aux lumière de Marien Tillet. Et une petite forme qui n’a rien de mineure.

Mon prénom est une ancre

Le spectacle “Fuck Me” de la chorégraphe argentine Marina Otero ne cesse de nous entraîner sur des fausses pistes… qui sont loin de mener nulle part.

Au cœur du voyage interdit, par Dennis Kamerun

Dans « Les héros du quotidien », l’auteur camerounais Dennis Kamerun nous entraîne dans le voyage migratoire vers l’Europe que tant entreprennent au risque de leur vie. Ce roman-témoignage est le tableau effarant d’un monde que l’on voudrait hors de ce monde, mais qui est bel et bien le nôtre.

Les livres et le capital

Dans Brève histoire de la concentration dans le monde du livre (Libertalia), Jean-Yves Mollier montre que la récente tentative de fusion entre Hachette et Editis n’est que le nouvel avatar d’une longue histoire.