La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

42 – Mardi 11 juillet, 20 heures
| 11 Août 2022

Isabelle a décidé de parler.

J’ai reçu hier soir un appel du directeur de la prison, Étienne Laval. Il sortait de la cellule de mon ancienne épouse. En un mois elle a retrouvé des couleurs. Ma visite semble avoir eu un effet bénéfique sur sa santé. Après mon passage à Fresnes, m’a raconté Laval, Isabelle recommença à s’alimenter. Oh en petites quantités d’abord. C’était un morceau de gruyère qu’elle acceptait du bout des doigts, puis un steak qu’elle mâchait lentement, enfin elle se jeta un beau soir sur un plat de spaghettis sans en laisser une miette. Dans la foulée elle réclamait des livres et de quoi écrire. Le désir de s’instruire est lié à l’instinct de conservation. Quand vous ne pensez qu’à mourir, il n’existe aucun livre pour vous sauver. Isabelle avait retrouvé l’appétit. Elle dévorait. En quinze jours elle reprit les quinze kilos qu’elle avait perdus. Elle avait également plusieurs fois demandé de mes nouvelles.

Elle se dit soucieuse pour votre vie, m’a confié le directeur. Savait-elle qu’on avait tenté de m’assassiner? Selon Laval, c’est probable car mon ancienne épouse ne manque aucune de mes apparitions dans ce journal. Elle s’est mise à écrire. Elle passe plus de quatre heures par jours sur l’ordinateur que l’administration a bien voulu mettre à sa disposition. Évidemment elle ne jouit pas d’une connexion à internet. Autant lui offrir la liberté sur un plateau, m’a dit Laval d’un ton sarcastique.

Mais sur quel genre de texte travaille Isabelle? Le directeur n’a pu répondre à ma question. Des mémoires, un journal, une fiction à même de lui faire oublier sa réclusion? Le roman est un formidable moyen d’évasion. J’imagine volontiers Isabelle en train de monter une intrigue invraisemblable dans le seul but de se distraire de la pénible réalité qui est la sienne. Elle a toujours aimé les récits fantastiques. Il est toutefois plus vraisemblable qu’elle prenne des notes en vue d’assurer sa défense. Je rappelle qu’elle est la dernière personne à avoir vu l’artiste en vie. De forts soupçons pèsent sur elle. Je n’en sais pas beaucoup plus puisque je ne m’occupe pas de cette partie de l’enquête. L’apparition d’Ingrid dans le champ de nos investigations me semble toutefois disculper mon épouse. Il est pour moi certain que la grande blonde est derrière tous les meurtres de cette affaire.

Isabelle a rendez-vous demain matin avec un inspecteur de police. J’ai supplié celui-ci de me téléphoner dès la fin de leur entretien. Par chance il s’agit d’un officier que je connais personnellement. Je lui ai donné quelques conseils pour aborder mon ancienne épouse qu’il est facile de froisser. Elle est tellement susceptible. Je me suis permis également de lui suggérer deux ou trois questions.

 

Chapitre précédent  La Terre n’est pas assez ronde Chapitre suivant

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie