La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Récit, prière
| 02 Août 2021

les nuages qu’on disait
les troupeaux du ciel
et qu’on savait les vents
mener par-dessus les têtes
à pâturer les horizons
passèrent un jour les fenêtres
et de là les yeux
les pensées s’obscur
cirent on emmura
dès lors
les enfants
          enfances attrapez-nous la main et tirez-nous à vos rondes
          au visage lancez-nous des poignées poudreuses de présent
          coulez-nous tout entiers dans vos colères ou vos joies courez
          à tue-tête après nos pensées qui volettent en couinant à ras du sol
          enfances versez notre âge en riant
          dans le trou du temps

Récit, prière - Photo © Frédéric Teillard

Frédéric Teillard
Microscopies

[ttfmp_post_list id= »postlist_644″ columns= »3″ type= »post » sortby= »date-desc » count= »-1″ offset= »0″ taxonomy= »category:microscopies » show_title= »1″ show_date= »1″ show_excerpt= »0″ excerpt_length= »default » show_author= »0″ show_categories= »0″ show_tags= »0″ show_comments= »0″ exclude_current= »1″ thumbnail= »top » aspect= »landscape » paginate= »0″ arrows= »1″ dots= »1″ autoplay= »1″ delay= »6000″ transition= »scrollHorz »]

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

De la connaissance matriochka

savoir qu’au pied de la colline
l’océan qu’on voit bat contient déjà
ne plus savoir
qu’au pied de la colline
l’océan bat
et savoir qu’au pied
de la colline

Fragment météorologique : l’orage

dans le petit jour gris les corneilles animent seules le feuillage des platanes figé dans l’air lourd
depuis la veille on est pris dans la l’étreinte épaisse d’une pensée médusée on dirait du gras