La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Les dix commandements de Dorothy Dix
| 22 Juin 2022
Quel rapport entre Dale Carnegie, auteur de Comment se faire des amis (1936), et le Diderot du Paradoxe sur le comédien (1769)? Cette idée: la sincérité, ça se travaille, ça se feint, ça se perfectionne, jusqu’à ce que son interlocuteur ou spectateur ne puisse plus distinguer le masque du visage.

À la même époque que Carnegie, une journaliste, Dorothy Dix, distillait à ses lecteurs (surtout des lectrices) les conseils de bonheur d’une nouvelle religion séculière, le positive thinking. Décide d’être heureux. Si tu ne l’es pas, fais comme si, tu le seras bientôt. Ne te prends pas trop au sérieux… une théorie de maximes qu’elle allait plus tard réunir dans Ten Dictates for Happiness. D’où l’étrange titre de cette pièce, avec son dix au carré: Les dix commandements de Dorothy Dix. Son autrice, Stéphanie Jasmin, s’est souvenue que sa grand-mère s’était nourrie des conseils de Dix, comme des millions d’autres ménagères états-uniennes dans les années 1930-1940. Une femme heureuse, cette aïeule, qui « règne comme une reine sur son troupeau d’enfants », quoiqu’à y regarder de plus près… « une reine qui a dit en mourant à ses petites-filles de sourire, toujours sourire »…

Qu’y a-t-il derrière cet immuable sourire? Une fillette éteinte au pensionnat, mariée trop jeune à un homme trop empressé (« j’ai été trop désirée pour avoir connu pour mon propre désir »), une femme qui voulait écrire, aller au théâtre, à l’opéra, mais s’est trouvée ensevelie sous les tâches ménagères puis happée par les soins à apporter à son mari diminué. « Dire qu’il aurait pu y avoir une autre histoire… »

Dorothy Dix © Yanick Macdonald

© Yanick Macdonald

Dans un beau monologue en dix séquences, Stéphanie Jasmin explore l’autre côté du miroir, fait entendre « une voix plus sombre et profonde », celle d’une femme « qui déroule le film de sa vie comme un trop-plein qui déferle, en désordre et en un souffle ». Cette femme sans nom a cent ans et se maquille pour se rendre (plus agréable à regarder ». Elle a vingt ans et se pavane en fourrure sur un catwalk minable. Soixante-dix, elle reprend son violon mais l’archet tremble sur les cordes, il est trop tard, elle le range, « il ne faut pas cultiver le ressentiment ». Ainsi glisse la mémoire, par dizaines d’années rondes. Dix au cube.

Julie Le Breton, seule en scène, porte le texte avec maestria. Elle croyait, comme nous, que le théâtre, ça commençait quand on était au moins deux. Il fallait la rencontrer pour revenir sur cette croyance commune, peut-être erronée. Et parler du théâtre tel qu’il se vit et se pratique au Québec.


Les dix commandements de Dorothy Dix, texte, vidéo et scénographie de Stéphanie Jasmin
Mise en scène : Denis Marleau
Avec : Julie Le Breton
Jusqu’au 26 juin 2022 au Petit Théâtre (mardi à 19 h, du mercredi au samedi à 20 h et dimanche à 16 h)
Théâtre de la Colline. 15, rue Malte-Brun, Paris 20e. 01 44 62 52 52

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

La conteuse aux pieds nus

« Une nuit à travers la neige » est adaptée de « L’Homme qui rit » de Victor Hugo par Ariane Pawin. Du conte, du théâtre-récit, du mime, de la peinture aussi grâce aux lumière de Marien Tillet. Et une petite forme qui n’a rien de mineure.

Mon prénom est une ancre

Le spectacle “Fuck Me” de la chorégraphe argentine Marina Otero ne cesse de nous entraîner sur des fausses pistes… qui sont loin de mener nulle part.

Au cœur du voyage interdit, par Dennis Kamerun

Dans « Les héros du quotidien », l’auteur camerounais Dennis Kamerun nous entraîne dans le voyage migratoire vers l’Europe que tant entreprennent au risque de leur vie. Ce roman-témoignage est le tableau effarant d’un monde que l’on voudrait hors de ce monde, mais qui est bel et bien le nôtre.

Les livres et le capital

Dans Brève histoire de la concentration dans le monde du livre (Libertalia), Jean-Yves Mollier montre que la récente tentative de fusion entre Hachette et Editis n’est que le nouvel avatar d’une longue histoire.