Guide
Les choix de délibéré

Ça s’agite sur le toit de la Cité Radieuse. Ça verdoie en gare d’Angers. Les Grapus s’exposent à Thiers, Éric Baudelaire à Saint-Sébastien, Gilles Clément à Saint-Antoine, et Paris à l’Arsenal. Paris encore : le long du canal de l’Ourcq, une troisième rive s’est ouverte…. oui, absolument, une troisième rive. En bord de Seine, une mini-ville a été fondée. Au bord du Rhin, le designer Ettore Sottsass s’expose en rebelle et en poète. En bord de Loire, le Festival international des jardins fait la part belle au pouvoir des fleurs. En bord de mer, à Toulon et à Hyères, la Villa Noailles accueille la Design Parade. Un peu plus à l’ouest, la saison culturelle Paysages de Bordeaux 2017 est ouverte. Suivez le guide !

Les énigmes de l’été
À la planche !

par Yannick Cras
Cinq affreux pirates ont décidé de se partager le butin de leurs rapines, soit 1000 doublons. N’ayant aucune confiance les uns dans les autres, ils décident d’invoquer de concert le fantôme du célèbre et terrifiant Barbe-Noire, leur maître incontesté quoique défunt, dont même le plus épouvantable d’entre eux ne saurait braver les édits, et qui sera donc l’arbitre et le garant de la transaction. Après force libations de ratafia (et quelques pendaisons ludiques de prisonniers pour relâcher la tension), le Grand Homme leur apparaît enfin dans sa terrible splendeur et leur livre une énigme… (Lire l’énigme)

S’il vous manque une case…
BD et politique

par Didier Ottaviani
Parce que la bande dessinée ne laisse pas de côté les réflexions politiques, délibéré se penche tout l’été sur ces questions. Après un premier volet consacrée aux BD abordant l’actualité politique et visant à différencier celles qui ne traitent que de la politique de celles qui permettent de s’interroger sur ce qui est véritablement en jeu dans le politique, qui s’écarte à plus d’un titre de la vie humaine normale ; après une analyse des traces de l’engagement actif ou passif sensibles dans les grandes œuvres dessinées, tout auteur se trouvant, consciemment ou non, immergé dans une situation qui le dépasse et avec laquelle il doit composer, cette semaine sera une nouvelle fois consacrée à la BD comme l’un des “arts du possible”.

S’il vous manque une case…
Les arts du possible (2)

par Didier Ottaviani

En constituant des mondes miroirs du nôtre, les BD présentent des univers virtuels qui, sous la forme de métaphores ou de dystopies, mettent en évidence les réalités de notre quotidien ainsi que ses dérives possibles. Elles proposent ainsi une lecture permettant de comprendre que la recherche du bien-être, ou les pratiques les plus consensuelles de nos systèmes sociaux, portent en elles des risques pouvant mettre en danger le fondement même de la vie politique : la liberté. (Lire l’article)

EnregistrerEnregistrer

Littérature
L’écrivain que personne n’a lu

Paco Ignacio Taibo II
L’écrivain mexicain Paco Ignacio Taibo II a fouillé dans sa bibliothèque. Il y a trouvé des livres du Russe Vladimir Bogomolov, jamais traduit en français. Personnage discret à la biographie mystérieuse, Bogomolov, mort à Moscou en 2003, est entre autres l’auteur de Ivan, la nouvelle qui a inspiré le premier film d’Andreï Tarkovski. (Lire l’article)

Festival d’Avignon
Castorf dans le miroir de Molière

par René Solis
Derniers tours de roue pour Frank Castorf à la Volksbühne de Berlin. Dans ce contexte de fin de mandat, difficile de ne pas rechercher dans ses derniers spectacles une dimension testamentaire, voire crépusculaire. Créé en 2016, Die Kabale der Scheinheiligen. Das Leben des Herrn de Molière, laisse en tout cas une large place à l’introspection : c’est sûrement l’une des pièces les plus explicitement intimes jamais montées par le metteur en scène. Et c’est une pièce qui au delà de sa profusion, ne traite que d’un sujet : l’amour du théâtre. (Lire l’article)

Design
Des pleurotes à Frénégonde

par Anne-Marie Fèvre

Tout l’été à Paris, les Docks, Cité de la mode et du design proposent le festival Ensemble, un rendez-vous amusant et actif. Une sorte de ville en modèle réduit, où l’on peut voir pousser des champignons, tester des architectures éphémères dont une bibliothèque, grignoter des curiosités culinaires. Et admirer d’intrigantes robes de reines françaises, élaborées avec des habitantes de Saint-Denis. (Lire l’article)

Bordeaux, les couleurs se font la belle

par Anne-Marie Fèvre
Dans l’annexe du musée des Arts décoratifs et de design, une ancienne prison, l’exposition « Oh couleurs ! » donne forme aux objets de design, dans une succession d’effets, réels ou subjectifs. Des grands applats verts, rouges, jaunes, bleus, francs et jouissifs, du designer scénographe Pierre Charpin, aux objets irisés dont les teintes s’échappent, telles des bulles de savon. Une joyeuse palette de d’observations et de sensations. (Lire l’article)

Disparition
Jaime Avilés, dernier combat

par René Solis
Journaliste, chroniqueur politique, polémiste, militant de gauche, romancier, Jaime Avilés, auteur de La Nymphe et le sous-commandant, traduit en 2006 aux éditions Métailié, est mort le 8 août à Mexico. Sa capacité à rire de tout et d’abord de lui-même était l’un de ses traits les plus marquants. (Lire l’article)

 

Livres
Une catastrophe bien singulière

Édouard Launet
La race humaine pourrait s’éteindre dans 20 ou 30 ans. Pas à cause des bouleversements climatiques mais des progrès en intelligence artificielle. Nous nous approcherions du point où les machines pourraient non seulement se passer de nous mais prendre la planète en main. Ce point a été baptisé “singularité technologique”. Un tel scénario, imaginé au siècle dernier par des auteurs de science-fiction, est devenu un spectre plus concret depuis que certains se sont mis à clamer que la catastrophe pourrait se produire plus vite que prévu. Dans un essai accessible et fluide, Jean-Gabriel Ganascia démonte pièce par pièce cette nouvelle grande peur. À la vision affolée de la Silicon Valley et à sa culture nourrie de mirages grandioses, il oppose un humanisme serein, rationnel et éclairé. (Lire l’article)

Festival d’Avignon
Petits meurtres entre parents

par René Solis

Dans la course au spectacle long, le projet présenté par Antonio Latella est hors concours : 16h30 de représentation, en italien surtitré, avec des morceaux en grec ancien et en latin. Une plongée dans l’intimité agitée des Atrides qui insuffle aux vieilles histoires une vérité des corps, un amour des personnages, une élégance dont on ne se lasse pas. (Lire l’article)

EnregistrerEnregistrer

Arts plastiques
Dioramas,
droit de regards

par Stéphanie Estournet
L’intérêt d’aller voir l’exposition « Dioramas », à Paris, réside d’abord dans notre mécompréhension du sujet : une saynète réaliste statique, un peu comme un tableau en trois dimensions qu’on aurait mis dans une boîte, derrière une vitre, un peu ringard peut-être, plus objet populaire qu’artistique. Mais en parcourant l’histoire de ce dispositif de représentation réputé être l’ancêtre du cinéma, le Palais de Tokyo nous convie à un moment passionnant et nous entraîne en territoire inconnu. Tantôt issu de problématiques scientifiques, de nécessités religieuses, ou strictement artistiques, surprend autant par la pluralité de ses sujets que de ses formes. De sorte que la balade proposée aborde des territoires bien plus complexes qu’on ne les imaginait, parfois poétiques, souvent déconcertants.
(Lire l’article)

Festival d’Avignon
Tiago Rodrigues, silence, on souffle

par René Solis

À partir de sa rencontre avec Cristina Vidal, souffleuse depuis près de quarante ans au Teatro nacional de Lisbonne, Tiago Rodrigues imagine un spectacle qui évite les écueils du témoignage nostalgique. Entourée de cinq interprètes, tout de noire vêtue, la souffleuse articule en silence tous les mots sortant de la bouche des autres, comme s’ils n’existaient que grâce à sa présence génératrice. Magique. (Lire l’article)

Le nombre imaginaire
Alors, on sèche ?

par Yannick Cras
Si l’une ou l’autre des petites énigmes posées il y a deux semaines vous ont laissé perplexe, vous trouverez ici de quoi vous rasséréner ; et si vous avez tout bon, vous y trouverez de quoi vous en féliciter et même, pourquoi pas, la motivation d’inventer d’autres énigmes sur le même thème. Souvenez-vous : à l’approche des vacances d’été, patatras ! Votre vol low cost est annulé au dernier moment. C’est alors que vous découvrez, sur une bannière fort opportunément apparue en marge de votre écran au cours de vos recherches frénétiques et désespérées, l’offre alléchante que voici : « Gagnez une croisière de rêve dans les Îles grecques, transport et séjour tout compris. Concours sans obligation d’achat ». Après tout, pourquoi pas ? Ce genre de concours est l’occasion de tester vos aptitudes mathématiques. Et pour résoudre le type d’énigmes posé, le plus simple est… de lire cet article.

Festival d’Avignon
Feeling Fela

par Marie-Christine Vernay
Le chorégraphe belgo-burkinabè Serge Aimé Coulibaly retrouve la république perdue de l’inventeur de l’afrobeat, Fela Anikulapo Kuti. Kalakuta Republik est une pièce où le politique n’est pas un élément rapporté ou un simple sous-texte dramaturgique : c’est un soulèvement populaire à la fois moteur et désenchanté. (Lire l’article)