La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Le clan Nabokov
| 30 Mai 2022

Chiara Montini: Il Clan Nabokov. Quando l’erede è il traduttoreChiara Montini rédigea pour la chronique Le coin des traîtres un article consacré au cannibalisme en traduction vu sous l’angle des relations père-fils, à travers un exemple bien précis: celui de Dmitri Nabokov traducteur de son père Vladimir. La question l’obsède puisqu’elle signe un ouvrage consacré à Nabokov fils et « traducteur dont la fidélité allait jusqu’à l’homonymie », qui un jour en eut assez de la transparence à laquelle il avait été confiné, et décida de devenir à son tour cannibale. D’assumer la responsabilité de ses choix malgré l’ombre tutélaire, toujours présente, de son père.

Chiara Montini n’en avait visiblement fini ni avec le père, ni avec le fils, ni même avec la mère. C’est au « clan Nabokov » au complet qu’elle consacre un ouvrage qui vient de paraître en Italie, et que l’on espère bientôt traduit en français. Elle y décortique les liens qui régissent cette famille dont les membres vivent et travaillent ensemble, sous les feux de la rampe ou en coulisses. Dmitri a traduit du vivant de l’auteur [de ses jours], il a continué à le faire après sa mort. Mais qu’a-t-il fait de cet héritage? En se penchant sur l’histoire du clan, Chiara Montini continue de réfléchir, en traductologue avertie, aux enjeux de la traduction littéraire.

 

Chiara Montini, Il clan Nabokov. Quando l’erede è il traduttore, ed. Mimesis, coll. Eterotopie, juin 2022

À lire également, de Chiara Montini: « Cannibalisme et traduction : Dmitri Nabokov traducteur de Vladimir Nabokov »

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

La conteuse aux pieds nus

« Une nuit à travers la neige » est adaptée de « L’Homme qui rit » de Victor Hugo par Ariane Pawin. Du conte, du théâtre-récit, du mime, de la peinture aussi grâce aux lumière de Marien Tillet. Et une petite forme qui n’a rien de mineure.

Mon prénom est une ancre

Le spectacle “Fuck Me” de la chorégraphe argentine Marina Otero ne cesse de nous entraîner sur des fausses pistes… qui sont loin de mener nulle part.

Au cœur du voyage interdit, par Dennis Kamerun

Dans « Les héros du quotidien », l’auteur camerounais Dennis Kamerun nous entraîne dans le voyage migratoire vers l’Europe que tant entreprennent au risque de leur vie. Ce roman-témoignage est le tableau effarant d’un monde que l’on voudrait hors de ce monde, mais qui est bel et bien le nôtre.

Les livres et le capital

Dans Brève histoire de la concentration dans le monde du livre (Libertalia), Jean-Yves Mollier montre que la récente tentative de fusion entre Hachette et Editis n’est que le nouvel avatar d’une longue histoire.