La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

Le clan Nabokov
| 30 Mai 2022

Chiara Montini: Il Clan Nabokov. Quando l’erede è il traduttoreChiara Montini rédigea pour la chronique Le coin des traîtres un article consacré au cannibalisme en traduction vu sous l’angle des relations père-fils, à travers un exemple bien précis: celui de Dmitri Nabokov traducteur de son père Vladimir. La question l’obsède puisqu’elle signe un ouvrage consacré à Nabokov fils et « traducteur dont la fidélité allait jusqu’à l’homonymie », qui un jour en eut assez de la transparence à laquelle il avait été confiné, et décida de devenir à son tour cannibale. D’assumer la responsabilité de ses choix malgré l’ombre tutélaire, toujours présente, de son père.

Chiara Montini n’en avait visiblement fini ni avec le père, ni avec le fils, ni même avec la mère. C’est au « clan Nabokov » au complet qu’elle consacre un ouvrage qui vient de paraître en Italie, et que l’on espère bientôt traduit en français. Elle y décortique les liens qui régissent cette famille dont les membres vivent et travaillent ensemble, sous les feux de la rampe ou en coulisses. Dmitri a traduit du vivant de l’auteur [de ses jours], il a continué à le faire après sa mort. Mais qu’a-t-il fait de cet héritage? En se penchant sur l’histoire du clan, Chiara Montini continue de réfléchir, en traductologue avertie, aux enjeux de la traduction littéraire.

 

Chiara Montini, Il clan Nabokov. Quando l’erede è il traduttore, ed. Mimesis, coll. Eterotopie, juin 2022

À lire également, de Chiara Montini: « Cannibalisme et traduction : Dmitri Nabokov traducteur de Vladimir Nabokov »

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

Les dix commandements de Dorothy Dix

Dans un beau monologue en dix séquences, Stéphanie Jasmin fait entendre “une voix plus sombre et profonde”, celle d’une femme “qui déroule le film de sa vie comme un trop-plein qui déferle, en désordre et en un souffle”.

Catherine Peillon, révélations

Catherine Peillon s’amuse à prêter une signification aux choses les plus insignifiantes. Une vingtaine de ses photos est exposée à la galerie Ici-Même.

Bienvenue au festival In Extremis

Organisé par le Théâtre Garonne de Toulouse du 17 mai au 11 juin, le festival In Extremis a cette année pour fil conducteur. Et invite des artistes du monde entier qui mêlent les genres et bousculent les frontières. 

Toulouse, quatre jours au centre de la Terre

Nouvelle édition du 12 au 15 mai, du festival toulousain L’histoire à venir. Sous le titre « Vingt-mille lieux sur la terre », des dizaines de débats sur le passé, le présent et l’avenir de la planète,