De 1962 à 2018, Michel Urbain et Françoise Urbain-Lambert ont envoyé à leurs proches des cartes de vœux. Moitié chronique familiale, moitié dessin d’actualité, elles offrent un parcours à travers cinquante ans d’histoire politique, sociale et humaine.

 

Les vœux des Z’Urbains

 

1972

Carte de vœux 1972

 
En 1971, le 15 août, les États-Unis ont suspendu la convertibilité du dollar en or. On commence à dire que « le dollar flotte » et parfois que le franc navigue entre divers taux de change. Pour célébrer 1972, les Z’Urbains envoient donc un billet, mais de banque. Les portraits de la famille remplacent les figures de Pascal ou de Victor Hugo qui ornaient alors la monnaie papier. Pour résister au pouvoir de la finance, ce n’est pas une mauvaise idée de transformer l’argent en carte de vœux. Mais tout cela n’empêche pas Éric de porter un très beau chapeau de cow-boy américain : on espère qu’il ne fut pas payé en dollars !
 
 
 

 

Les vœux des Z’Urbains

© Famille Urbain
Reproduction des images soumise à autorisation

Texte : Sophie Rabau