La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

| 11 Jan 2021

2011 - Les Zurbains vous souhaitent une excellente nouvelle année © Famille urbain

 
Le 19 Octobre 2010 eut lieu une manifestation historique contre la réforme des retraites portée par Eric Woerth ministre du Travail et de la solidarité (?). On débat encore pour savoir s’il y eut trois millions de manifestants comme le disent les syndicats ou juste un peu moins d’un million, selon la version du ministère de l’Intérieur. On sait toutefois de source sûre qu’il y avait deux Z’Urbains porteurs d’une banderole-carte de vœux adressés à tous sauf à Sarkozy (c’était alors le nom du président de la République française). Sur la carte de vœux de 1969, les murs de la maison de Bénédigues s’étaient couverts de grafittis, la politique entrant dans le foyer. En 2011, c’est l’intime qui sort dans la rue pleine d’une foule tout aussi colorée que la famille Urbain. Ce qui n’empêche pas Michel et Françoise, de boire un coup d’après-manif en retraités indignes qui n’en sont pas à leur premier sit-in… La révolte et la fête, c’est un peu la même chose.
2011 - Les Zurbains vous souhaitent une excellente nouvelle année © Famille urbain

© Famille Urbain
Reproduction des images soumise à autorisation

Texte : Sophie Rabau

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

2019

Pour l’année 2019, les amis des Zurbains n’ont pas reçu de carte de vœux mais un mot écrit à la main par Michel. Il explique qu’il doit tout consacrer toutes ses forces à résister à une (saloperie de) leucémie.

2018

De nouveaux ennemis menaçants sont apparus. Ils ont nom glyphosate et particules fines, d’un côté, leucémie, embolie et alzheimer, de l’autre.

2016

Quand 2015 s’acheva enfin, un mois et demi à peine après des attentats qui blessèrent et tuèrent les Parisiens au cœur de la ville, beaucoup poussèrent un soupir de soulagement.

2015

Une des années les plus tristes de l’histoire de France, surtout pour les dessinateurs qui s’obstinaient à rire, s’ouvrait sur une des cartes les plus drôles des Zurbains