La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

| 03 Mai 2020

Les vœux des Z'Urbains - 1996 © Famille Urbain

Longtemps les Z’Urbains ont conjugué le noir et le rouge, mais depuis quelques années le noir gagne. Les vœux de 1996 confirment la tendance et ajoutent  privatisation  à la liste des sales mots qui planent sur le vingtième siècle finissant – l’ensemble des privatisations des entreprises nationales entre 1995 et 1997 aurait rapporté 40 milliards de francs à l’État. Aujourd’hui, alors que nous payons encore le prix de cette braderie du bien public, nous avons bien besoin des couleurs de l’arc-en-ciel que Michel a placé au centre de cette marée noire.  Contre vents et marées, goûtons le jaune, le bleu et le mauve et réjouissons-nous de ce qui reste, l’amour par exemple : à côté de Franck, il y a Nathalie… la seule de la tribu, avec Margot et Simon, à ne pas porter de lunettes…

© Famille Urbain
Reproduction des images soumise à autorisation

Texte : Sophie Rabau

 

2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000 1999 1998 1997 1996 1995 1994 1993 1992 1991 1990 1989 1988 1987 1986 1985 1984 1983 1982 1981 1980 1979 1978 1977 1976 1975 1974 1973 1972 1971 1970 1969

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Dans la même catégorie

2019

Pour l’année 2019, les amis des Zurbains n’ont pas reçu de carte de vœux mais un mot écrit à la main par Michel. Il explique qu’il doit tout consacrer toutes ses forces à résister à une (saloperie de) leucémie.

2018

De nouveaux ennemis menaçants sont apparus. Ils ont nom glyphosate et particules fines, d’un côté, leucémie, embolie et alzheimer, de l’autre.

2016

Quand 2015 s’acheva enfin, un mois et demi à peine après des attentats qui blessèrent et tuèrent les Parisiens au cœur de la ville, beaucoup poussèrent un soupir de soulagement.

2015

Une des années les plus tristes de l’histoire de France, surtout pour les dessinateurs qui s’obstinaient à rire, s’ouvrait sur une des cartes les plus drôles des Zurbains