De 1962 à 2018, Michel Urbain et Françoise Urbain-Lambert ont envoyé à leurs proches des cartes de vœux. Moitié chronique familiale, moitié dessin d’actualité, elles offrent un parcours à travers cinquante ans d’histoire politique, sociale et humaine.

 

Les vœux des Z’Urbains

 

1975

Carte de vœux 1975

Cette fois, c’est la crise. Il n’est plus question d’envoyer des vœux pour libérer, résister ou revendiquer le bonheur… Il faut “surmonter”. Pour nous y aider, de belles flammes en forme de perruque à la Marie-Antoinette coiffent les membres de la famille Urbain. La révolution est oubliée ? Pas tout à fait… Les vœux 1975 déclinent toujours le noir et le rouge, couleurs de la grande pièce des Z’Urbains où la cheminée rougeoie sur un carrelage noir, couleurs aussi des manifestations où l’on continue d’aller – Giscard a battu Mitterrand en 1974, et il y a de quoi faire.

 

Les vœux des Z’Urbains

© Famille Urbain
Reproduction des images soumise à autorisation

Texte : Sophie Rabau