De 1962 à 2018, Michel Urbain et Françoise Urbain-Lambert ont envoyé à leurs proches des cartes de vœux. Moitié chronique familiale, moitié dessin d’actualité, elles offrent un parcours à travers cinquante ans d’histoire politique, sociale et humaine.

 

Les vœux des Z’Urbains

 

1978

Carte de vœux 1978

 
En 1970 les Z’Urbains flottaient dans l’espace, non loin d’une lune rouge. En 1978, ils flottent, tout de rouge vêtus, autour des chiffres de la nouvelle année, hésitant entre la rigueur d’une pyramide humaine et la déconstruction onirique d’une typographie ordonnée. L’imagination contre la morosité giscardienne ? Le rêve d’une famille colorisée ? Quoi qu’il en soit, Maïka, chien des Pyrénées, a rejoint la famille et Fifi, le chat d’Éric, a disparu de l’image. L’histoire ne dit pas si la disparition féline s’explique par l’apparition canine.

 

 

Les vœux des Z’Urbains

© Famille Urbain
Reproduction des images soumise à autorisation

Texte : Sophie Rabau