De 1962 à 2018, Michel Urbain et Françoise Urbain-Lambert ont envoyé à leurs proches des cartes de vœux. Moitié chronique familiale, moitié dessin d’actualité, elles offrent un parcours à travers cinquante ans d’histoire politique, sociale et humaine.

 

Les vœux des Z’Urbains

 

1969

Carte de vœux 1969
(Cliquer sur l’image pour l’agrandir)
 
Ce n’est pas en 1969 que Michel et Françoise Urbain envoient leur première carte de vœux. Mais c’est en 1969 que Michel dessine pour la première fois une carte clairement inscrite dans l’actualité politique. Il s’est bien passé quelque chose en 1968. Les murs ont parlé comme ils parlent sur la carte. Et les slogans de 68 envahissent les formules rituelles de la Saint Sylvestre, à moins que ce ne soit le discours privé et familial qui s’étale dans l’espace public. Quels murs d’ailleurs ? Où s’écrivent (on ne dit pas encore « taguer ») ces graffitis de bonne année ? Dans la rue ou sur les murs de la maison que les Urbain viennent de dessiner et de faire construire dans la banlieue bordelaise ? On ne sait plus trop et c’est peut-être ça, 68 : ce moment où les murs de votre maison familiale sont les murs de tout le monde.

 

 

Les vœux des Z’Urbains

© Famille Urbain
Reproduction des images soumise à autorisation

Texte : Sophie Rabau