1986

De 1962 à 2018, Michel Urbain et Françoise Urbain-Lambert ont envoyé à leurs proches des cartes de vœux. Moitié chronique familiale, moitié dessin d’actualité, elles offrent un parcours à travers cinquante ans d’histoire politique, sociale et humaine.

 

Les vœux des Z’Urbains

 

1986

 

Les vœux des Z´Urbains - Bonne année 1986 © Famille Urbain

II s’en est passé des choses depuis 1985. Du côté politique, une sale bête nommée “cohabitation” pointe plus que le bout de son nez ; le résultat des élections législatives annoncées pour mars 1986 ne fait guère de doute : la droite sera majoritaire et pour la première fois, dans l’histoire de la Ve République, un président va devoir nommer un premier ministre d’un bord politique opposé. Jacques Chirac ? Jacques Chaban Delmas ? Simone Veil ? On ne sait pas encore, mais, comme en témoigne un animal dont la nature zoologique est incertaine mais la signification allégorique sans équivoque, on est déjà à peu près sûr chez les Z’Urbains que la gauche va porter les cornes avec moins d’élégance qu’un renne du Père Noël. Ce n’est pas tout, car cela se confirme : les enfants Z’Urbains sertis dans un cœur rouge (de gauche ?) sont bien quatre à présent – François Perroy, compagnon d’Anne, a rejoint la tribu. Voilà peut-être pourquoi tous et toutes sourient presque tendrement.

Les vœux des Z´Urbains - Bonne année 1986 © Famille Urbain

 

 

Les vœux des Z’Urbains

© Famille Urbain
Reproduction des images soumise à autorisation

Texte : Sophie Rabau