La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

La revue culturelle critique qui fait des choix délibérés.

D’épitaphes
par  

et bien sûr les cimetières seraient des restes de vastes romans dont un auteur insatisfait et coléreux aurait rayé et effacé les péripéties, ou des débuts, si l’on préfère, qu’un écrivain aquoiboniste aurait laissés à l’abandon, mais où, quoi qu’il en soit, le lecteur qui s’y promènerait et y tournerait les pages de pierre ne trouverait que le nom des personnages, des dates, un peu plus parfois, l’amorce d’une histoire, la trace d’un lien, la possibilité d’un paysage ou d’une voix, dont il pourrait faire, avec cette liberté souveraine qui est la sienne, bien sûr, ce qu’il lui plairait

Érato

Érato

par un jeu de mots qu’elle savait qu’on trouverait facile et peut-être même de mauvais goût, indigne en somme d’une poétesse, mais qui exprimait selon elle parfaitement, c’est-à-dire dans une forme imagée, précise et économique comme un proverbe, un dicton, une épitaphe, la manière singulière dont elle s’abandonnait à l’inspiration, elle disait…

Sans nom

Sans nom

ce que je dis d’où je le dis je le dis d’où je gis, de sous la terre du fond du trou du ventre de mère, de sous le marbre de mère de sous sa pierre où je n’ai pas de nom pas de corps pas de peau, je le dis du ventre de mère où depuis le début je gis, de ces neuf...

Sans date

Sans date

et la veille de sa mort — dont on ne sut bien sûr que le jour de sa mort que ça avait été la veille de sa mort —, malgré l’état de grande faiblesse où il se trouvait depuis plusieurs semaines, il quitta son lit, monta — nul n’aurait imaginé qu’il en aurait la force —...

À lire également

Les maquilleurs de mots

Les maquilleurs de mots

Escroc, maquilleur d’autos, contrebandier, cambrioleur : le traducteur ouvre ce qu’on croit hermétiquement fermé, il crochète les langues et les cultures, il met en circulation. Il n’aime pas plus l’idée d’une œuvre achevée que le braqueur un coffre-fort. Son butin, il le refourgue ailleurs. Il prend, il donne, il fait profiter.

Chants de Noël

Chants de Noël

Le toujours imprévisible Vladimir Poutine serait sur le point d’enregistrer des chants de Noël. Il serait accompagné par les Chœurs de l’Armée Rouge.

3 – «Based on a true story»

3 – «Based on a true story»

Nombre de séries de fiction sont basées sur des faits réels. Sont-elles pour autant plus faciles à concevoir? Oui et non.

(Ne pas) Voir la guerre en peinture avec Vassili Verechtchaguine (1842–1904)

(Ne pas) Voir la guerre en peinture avec Vassili Verechtchaguine (1842–1904)

Vétéran de l’armée des tsars, le peintre Vassili Verechtchaguine, né en 1842 à Tcherepovets dans le Nord de la Russie européenne, a participé pendant les années 1860 à la brutale et douloureuse conquête coloniale du Turkestan par la Russie. Il avait été invité à se joindre aux troupes impériales en tant que peintre officiel…

Érato

Érato

par un jeu de mots qu’elle savait qu’on trouverait facile et peut-être même de mauvais goût, indigne en somme d’une poétesse, mais qui exprimait selon elle parfaitement, c’est-à-dire dans une forme imagée, précise et économique comme un proverbe, un dicton, une épitaphe, la manière singulière dont elle s’abandonnait à l’inspiration, elle disait…

Un chien redondant

Un chien redondant

[Ex Machina #19] Si un concept vous gêne, vous n’avez qu’à vous en débarrasser. Supprimez donc le chien. Ou alors l’animal, si ça revient au même. D’ailleurs pour ce qui me concerne vous pourriez supprimer tous les chnops d’un coup, ça ferait des vacances aux autres concepts.