1991

De 1962 à 2018, Michel Urbain et Françoise Urbain-Lambert ont envoyé à leurs proches des cartes de vœux. Moitié chronique familiale, moitié dessin d’actualité, elles offrent un parcours à travers cinquante ans d’histoire politique, sociale et humaine.

 

Les vœux des Z’Urbains

 

1991

 

Les vœux des Zurbains - 1991

 

D’après une source informée, la décantation est un “un acte noble, qui consiste à séparer le dépôt d’un vin du vin lui-même”, même si l’on peut préférer “aérer le vin, par un passage en carafe, afin que le vin (souvent jeune) puisse s’étoffer, et s’assagir”. On buvait de très bons vins chez les Z’Urbains, mais il faudra sans doute plusieurs mise en carafe pour étoffer et assagir tous les maux et les mots (de la constipation à la révolution, en passant par la religion et les morpions) que Michel nous propose de décanter pour 1991. À la fin, toutefois, il reste à déguster un nectar familial aux arômes délectables : le mystérieux sixième personnage apparu en 1985 a enfin trouvé un prénom, François, et l’on devine que Anne et lui attendent… un point d’interrogation. Contre les inquiétants mots en -tion, rien de tel qu’un peu d’avenir et de suspense.

 

 

Les vœux des Z’Urbains

© Famille Urbain Reproduction des images soumise à autorisation

Texte : Sophie Rabau