Auteur : Marie-Christine Vernay

Trisha Brown tire son irrévérence

Trisha Brown © Joyce Tenneson, 2001

La danseuse et chorégraphe américaine Trisha Brown est décédée. Elle avait 80 ans et c’est sa compagnie qui a annoncé la nouvelle ce lundi dans un twitt qui nous a immédiatement renvoyés à cette belle dame que nous n’avions jamais quittée, même si elle se déplaçait moins dernièrement. D’une parfaite élégance décalée, à l’américaine, robe longue et baskets pour des cocktails d’après-première, elle savait aussi se souiller au sol en dessinant des trajectoires sur un papier blanc. Elle était peintre. Elle traçait. (Lire l'article)

Feeling Fela

Kalakuta Republic, une création chorégraphique de Serge Aimé Coulibaly © Sophie Garcia

Le chorégraphe belgo-burkinabè Serge Aimé Coulibaly retrouve la république perdue de l’inventeur de l’afrobeat, Fela Anikulapo Kuti. Kalakuta Republik est une pièce où le politique n’est pas un élément rapporté ou un simple sous-texte dramaturgique : c'est un soulèvement populaire à la fois moteur et désenchanté. (Lire l'article)

Tempête de danse sur Brest

Volmir Cordeiro, L'œil, la bouche et le reste © Alain Monot

Le festival DañsFabrik qui s’est achevé le 4 mars à Brest et qui était en partie consacré au Chili a confirmé ou révélé de fortes personnalités qui respirent à fond et regardent le public droit dans les yeux pour capter, capturer le monde. L’œil, la bouche et le reste, du chorégraphe brésilien Volmir Cordeiro, est de cette trempe. (Lire l'article)

Aux Hivernales, une mécanique bien huilée

La Mécanique des ombres - NaïF Production © Laurent Onde

En ouverture du Festival Les Hivernales d’Avignon, 39e édition, le spectacle La Mécanique des ombres de NaïF Production s’est imposé par sa troublante beauté et son étrangeté. Dans une autre tonalité, les Fragments mobiles d’Yvan Alexandre, d’abord dispersés, se rassemblent dans une fresque étirée. Et dans De(s)genération, du danseur et chorégraphe hip hop Amala Dianor, la new school rivalise joyeusement avec la old school. (Lire l'article)

Coucou la Suisse

La Ribot, Another Distinguée. Photo: Anne Maniglier

Les Journées de danse contemporaine suisses se sont déroulées à Genève et ont réuni programmateurs et public. Bilan mitigé des premiers jours malgré le respect pour le travail entrepris. Reste La Ribot, somptueuse, le regard fixé dans les yeux de ses partenaires. Sur la scène que le public peut contourner, le parc d’attraction est fermé sous une bâche noire. La fête est finie. Il ne reste que des individus qui cherchent encore un peu de chaleur. (Lire l'article)

Silence, on danse

SILENCE(S) à l’initiative de Dominique Dupuy, projet porté par le Théâtre National de Chaillot, prise de vues lors de la première de Tristan et Isolde du Ballet du Grand Théâtre de Genève, chorégraphie Joëlle Bouvier au Théâtre National de Chaillot le 23 mars 2016 © Patrick Berger

Hanté, propulsé par le silence, les silences de sa propre danse ou de celle de comédiens qui pourtant interprétaient un texte, comme Gérard Philipe ou Jean-Louis Barrault, le danseur et chorégraphe Dominique Dupuy a initié une année de Silence(s) avec la collaboration du Collège International de Philosophie, projet porté par le Théâtre National de Chaillot et de nombreux partenaires. Prochain rendez-vous en janvier au Théâtre national de la Colline à Paris avec une soirée consacrée à Alain Trutat, fondateur de France Culture. (Lire l'article)

Accuser le coup

Combat Muhammad Ali vs George Foreman, Kinshasa, 1974: "Accuser le coup". Une chanson de gestes de Marie-Christine Vernay

Après un déferlement de poings levés lors de la campagne made in USA et de la victoire de Donald Trump, nous sommes franchement tristes pour les boxeurs. Ils se sont fait voler leur job. Déjà que leur carrière était courte (comme celle de la plupart des danseurs), il leur faut accepter d’être dépossédés de leur langage corporel. Le coup bas est galvaudé, quelques États se sont emparés du swing avec peu de panache, l’uppercut est devenu monnaie courante et, apparemment l’art de l’esquive est aux oubliettes. (Lire l'article)

Un documentaire réparateur

Vers une inconditionnelle liberté, documentaire de Vartan Ohanian et Serge Challon

Ce n’est pas l’histoire d’un taulard, ni l’histoire de ce qui a fait de lui un taulard (1). C’est l’histoire de portes qui ne se sont jamais ouvertes et qui se referment sur un jeune homme de 17 ans et 6 mois, qui s’entrouvriront pour une libération conditionnelle en 2003 et s’ouvriront à la fin de sa peine en 2013. Le film (56’) Vers une inconditionnelle liberté, de Vartan Ohanian et Serge Challon, ne pose aucune question directement, il fait confiance à son sujet, Jean-Marc Mahy, pour les poser. (Lire l'article)

À se tordre de rire

Tordre, de Rachid Ouramdane, avec Annie Hanauer et Lora Juodkaite © Patrick Imbert

Tous les matins, ça recommence, à l’heure du petit déjeuner, c’est-à-dire à l’heure où l’on branche la radio, c’est inévitable, on se tord de rire. Que de bonnes blagues, de bonne nouvelles. Dans Ha ! Ha !, un spectacle de 2006, Maguy Marin nous avait prévenus : on ne peut pas rire de tout avec tout le monde. Et quitte à se tordre, autant le faire avec Rachid Ouramdane. Il reprend un duo créé en 2014 : Tordre. (Lire l'article)

Anne Nguyen, hip hip hop hourra !

Anne Nguyen, Danse des guerriers de la ville, Théâtre national de Chaillot, 2016 © Thomas Bohl. Une critique de Marie-Christine Vernay dans délibéré

Au Théâtre National de Chaillot, avec la complicité de vingt-sept danseurs et d'un vidéaste, Anne Nguyen propose à tous les spectateurs volontaires de devenir danseurs hip hop. Performances cataloguées “pour la jeunesse”, peur de (mal) danser : les réticences éventuelles avant de pénétrer dans la salle Maurice Béjart sont vite envolées. Le parcours très ludique et participatif permet de mieux saisir ce qui motive le danseur hip hop, tout en se faisant très plaisir. Avec, pour finir, le jam, une rencontre avec les danseurs grâce à un casque de réalité virtuelle pour une immersion à 360° parmi eux. (Lire l'article)

Night Fevers pour clore la Biennale de la danse de Lyon

Christian Rizzo, Le Syndrome Ian © Marc Coudrais. Un article de Marie-Christine Vernay sur la 17e Biennale de la danse de Lyon, 2016

Des jaillissements, des collectifs qui isolent une figure intemporelle, de la sueur juste pour le plaisir de la dépense, des danses “anonymes” qui côtoient les savantes: la 17ème Biennale de la danse de Lyon qui s'est achevée le 30 septembre a ouvert de nombreuses pistes de réflexion, désenclavant la danse contemporaine, la libérant de son image prétendument élitiste. La preuve par trois spectacles hors norme : Le syndrome Ian de Christian Rizzo, Auguri d'Olivier Dubois et Sunny d'Emmanuel Gat et Awir Leon. (Lire l'article)

Alain Platel, paysages pendant la bataille

Alain Platel, Nicht Schlafen © Michel Cavalla - Une critique de Marie-Christine Vernay

Nicht Schlafen (Ne pas dormir), la nouvelle pièce d’Alain Platel, présentée à la 17ème Biennale de Lyon, s’ouvre sur un tableau dévasté. L’œuvre plastique de la plasticienne Berlinde De Bruyckere attire immédiatement l’attention : des chevaux morts sont entassés, tués dans des positions de crampes, de râles. Moulées dans du polyester, les bêtes sont accrochées aux cintres par des filins. Sur le plateau, la bataille fait rage. Les neuf danseurs, dont une seule femme, se cherchent, se provoquent, s’arrachent les vêtements, dans un conflit qui va crescendo. (Lire l'article)

Si la danse était contée

Les chorégraphes ont toujours aimé la fantasmagorie tout en ayant une vraie appréhension de la narration. Comment dire sans illustrer ? Comment conter sans livret ? Autant de questions dont la danse contemporaine jugea bon de se débarrasser afin de ne plus être soumise au texte. Mais le merveilleux n’a pas fini d’œuvrer. Exemples à la 17ème Biennale de la danse de Lyon, avec Thierry Malandain et Olivia Grandville. Et à Aix-en-Provence, avec Angelin Preljocaj. (Lire l'article)

17ème Biennale de la danse de Lyon : chemins de traverse

Roy Assaf, Six ans après © Gadi Dagon. Une critique de Marie-Christine Vernay dans délibéré

Ils n’ont franchement rien à voir l’un avec l’autre. Les uns du collectif Petit Travers proposent un jonglage scénique où la trajectoire de la balle est plus visible que le jongleur. Les autres de la compagnie Roy Assaf Dance mêlent les danses religieuses, militaires ou de couple. Leur vocabulaire intrigue dans cette 17ème Biennale de la danse de Lyon très touffue. (Lire l'article)

Olivia Ruiz, la “Zizi” de Jean-Claude Gallotta

Volver, Chorégraphie Jean-Claude Gallotta, avec Olivia Ruiz © Christian GANET

Dans Volver, leur nouvelle création révélée à la 17ème Biennale de la danse de Lyon, la chanteuse et le chorégraphe font bon ménage. Tout à la fois portrait de la chanteuse et faux biopic, la pièce évoque plus largement la question épineuse des migrants actuels et de leur accueil. Dans une chorégraphie aérée, mettant souvent en scène des couples comme des doubles du couple vedette, le spectacle n’est que rythme, envolées, tendresse. (Lire l'article)

Chalon dans la rue, revivre à 30 ans

Compagnie Jeanne Simone © Michel Wiart - Un article de Marie-Christine Vernay au festival Chalon dans la Rue

Lors de sa 30e édition, du 20 au 24 juillet, le festival Chalon dans la rue qui va perdre son directeur Pedro Garcia (arrivée du successeur ou successeuse le 1er janvier 2017), défenseur sans faiblir de l’espace public, a réuni une fois de plus les artistes et la rue. Au menu, plus de 150 compagnies, in et off confondus, et 200 000 spectateurs pour plus de 1000 représentations en 5 jours. L'auteure de cet article y mettait les pieds pour la première fois. Expérience concluante malgré des erreurs de débutante dans l'appréhension de l'événement. (Lire l'article) 

Le voltigeur d’Avignon

Farid Zitoun, le voltigeur d'Avignon. Une chanson de gestes de Marie-Christine Vernay, dans délibéré

Sauts de l’ange en altitude et à l’envers, très cher, vrilles, saltos, sauts périlleux avant, arrière, sur les côtés, en haut en bas,  voltiges au-dessus d’un cycliste ou d’une brochette de spectateurs... Farid Zitoun, prodigieux acrobate qui semble avoir développé sa propre technique n’a pas besoin de trampoline. Il est l’Acrobate bleu de Picasso ou celui de Chagall, le cirque de Pékin ou le groupe acrobatique de Tanger à lui tout seul. Un solo de l’ange, à voir à Avignon, dans le off du off du off, complètement in. (Lire l'article)

Sharon Eyal, du tac au toc

Sharon Eyal - OCD Love © Brocke. Festival Montpellier Danse 2016. Un article de Marie-Christine Vernay dans délibéré

Dans OCD Love de la chorégraphe israélienne Sharon Eyal, les “personnages” sont comme électrocutés à la base, dès qu’ils entrent en scène. Puis, tout est question de doigté, dans la gestion des ensembles, comme dans celle de deux duos millimétrés, l’un masculin, l’autre féminin. Inutile de chercher un sens : les corps sont renversés au point que l’on ne sait plus s’ils se présentent de face ou de dos et offrent le tableau d’une société stressée sans issue de secours. C’est dans la sensualité, dans les cuisses qui se frôlent, ou dans les gestes réparateurs, comme les mains qui passent et lavent les visages que l’on quitte la noirceur. (Lire l'article)

Dimitris Papaioannou, rolling stone

Dimitris Papaioannou: "Still Life" © Dimitris Theodoropoulos. Festival Montpellier Danse 2016. Un article de Marie-Christine Vernay dans délibéré

On l’avait raté au Théâtre de la Ville en octobre 2015, on s’est précipité à Montpellier Danse pour redécouvrir avec bonheur le Grec Dimitris Panaioannou. On avait gardé un souvenir clair de sa mise en scène, en images et en danse de sa Medea en 1998 à la Biennale de la Danse de Lyon, laquelle s’ébattait dans une pataugeoire. Car, ce n’est pas la première fois qu’il vient en France, même si on voudrait le voir plus souvent. L’occasion se présentant, on l’a retrouvé avec une autre figure de la mythologie grecque : Sisyphe. Still Life (Nature morte) est une allégorie de la Grèce, du peuple grec qui reconstruit sur les ruines, les désastres économiques. (Lire l'article)

Montpellier Danse : des chocs venus du Sud

Robyn Orlin, Albert Ibokwe Khoza: "And so you see...", Montpellier Danse 2016 © Jérôme Seron. Un article de Marie-Christine Vernay dans délibéré

Le 36ème festival Montpellier Danse s'est achevé le 9 juillet. Il a été le reflet d’un bouillonnement certain, du surgissement d’une danse traversée et concernée par les tragédies de l’époque (l’homophobie grandissante, la montée des fascismes, la crise économique, la revendication de cultures ignorées ou méprisées par l’Occident, la question des migrants, des réfugiés et de l’exil). Tous les chorégraphes ont visé dans le mille, sans trop se soucier de formater leurs spectacles pour plaire ou être dans l’air du temps. (Lire l'article)

Uzès danse roule en “Jaguar”

Le spectacle "Jaguar" de Marlene Monteiro Freitas, en duo avec Andreas Merk ©Uupi Tirronen. Un article de Marie-Christine Vernay dans délibéré

Le clou de la 21ème édition du festival Uzès Danse fut un spectacle de la Cap-Verdienne Marlene Monteiro Freitas, en duo pour le moins sportif avec Andreas Merk : Jaguar, créé en 2015. Présenté comme une chasse, chasse à l’homme, chasse à courre ou chasse à la danse, ce spectacle bourré de références tout autant aux œuvres chorégraphiques du passé, notamment des Ballets Russes (Jeux de Debussy, L’Après-midi d’un faune de Nijinsky…) qu’à des compositeurs (Stravinsky, Schönberg, David Bowie), ou des peintres et dessinateurs (Kandinsky, Adolf Wölfli), nous plonge dans un charivari sonore, visuel et gestuel. (Lire l'article)

Contre-histoire dansée de l’art

Laurent Paillier, Philippe Verrièle, Danser la peinture, aux nouvelles éditions Scala, 2016

Le critique Philippe Verrièle et le photographe Laurent Paillier ont pris le contre-pied de ceux qui pensent que danse et arts plastiques sont intimement liés. Leur livre Danser la peinture renvoie Degas à ses danseuses – lui qui ne s’intéressa pas à la danse – et invite de jeunes chorégraphes à composer avec des peintres, de Kandinsky à Velickovic. Chacun des invités, majoritairement des jeunes pas forcément connus et reconnus, a planché sur un peintre. Il aura fallu quatre ans de travail pour que le livre sorte enfin, accompagné d’une exposition que l’on a pu voir au dernier festival Uzès Danse. À lire et à regarder. (Lire l'article)

L’envol des utoPistes

Le trampoliniste Mathurin Bolze, concepteur du festival de arts du cirque “utoPistes”,  a réuni autour de lui les inventeurs du cirque d’aujourd’hui, plein de promesses pour le futur.  Le festival, qui s'est achevé ce samedi à Lyon, aura été le lieu de toutes les audaces circassiennes. Le cirque actuel qui a fait alliance avec les arts visuels et la danse manie avec élégance et virtuosité le mouvement pur, l’acrobatie, les concepts, tout en restant populaire, au bon sens du terme. On le pressentait, mais pas à ce point, le cirque est l’art vibrant d’aujourd’hui, captant les secousses de la société et lui rendant un équilibre perdu, tout en développant de nouvelles formes artistiques. (Lire l'article)

Muhammad Ali, le tape dancer

Mohamed Ali, When We Were Kings (affiche du film)

Cassius Clay était déjà mort. Vécut donc Muhammad Ali, le tape dancer.  On lui a mis des gants sur ses mains pourtant faites pour caresser l’air. Sur le ring, sa garde était toujours en alerte. Les bras semblaient ballants comme chez Cunningham mais c’est dans cette fausse insouciance qu’il prenait la force et l’élan pour frapper. Net, direct, cash. Sur ses demi-pointes, il promenait l’adversaire. On aurait dû lui donner des gants blancs de smurfer. Mais le smurf n’existait pas encore. Il était noir, on lui dit de frapper. Il frappa donc. La jambe était déliée, les bras libres. Il était porté par l’élan populaire. Le visage était le même, ne bronchait pas : trop de coups dans la gueule. Nous n’avons vu que rarement un tel danseur. (Lire l'article)

Les marcheurs de l’impossible

Edouard Manet, le déjeuner sur l'herbe. Une chanson de gestes de Marie-Christine Vernay dans Délibéré

Nous les avons vus arriver de loin. Ils étaient plutôt âgés, du moins à la retraite, et ils ont envahi les rues et le métro parisiens. L’allure fière, comme s’ils venaient de gagner la face nord d‘une montagne encore inconnue, ils allaient le pas sûr avec un équipement complet, des chaussures à la gourde, du sac à dos au podomètre. Renseignements pris sur ces marcheurs de l’impossible, notre considération bienveillante est retombée comme un soufflé servi trop tard.
(Lire l'article)

Histoire d’Elle

© Yannick Perrin

Adapté du  roman d’Anne-James Chaton, Elle regarde passer les gens, sous la forme d'un quatuor où se mêlent théâtre, danse, cabaret, musique, poésie sonore, Icônes passe en revue sans hiérarchie les vies et œuvres de femmes qui ont marqué l’histoire et/ou nourri les magazines people. Auteur du texte et de l'adaptation, Anne-James Chaton est aussi sur scène aux côtés de François Chaignaud, Phia Ménard et Nosfell. Un enchantement dont le “Elle” qui revient comme un appel donne le ton mais également le rythme et la sonorité. Donné deux soirs à Chambéry, Icônes est programmé en mai à Mulhouse et Grenoble, avant une représentation à Avignon en juillet. (Lire l'article)

Fabrice Dugied, un dernier regard

Fabrice Dugied © Agathe Poupeney - PhotoScene.fr

Danseur et chorégraphe, Fabrice Dugied est décédé le 4 avril 2016. Artiste associé à la programmation danse du studio Le Regard du Cygne, à Paris, depuis sa fondation en 1985 par Amy Swanson, il n’eut de cesse de défendre la danse contemporaine, de l’explorer autant dans ses travaux personnels fragiles et singuliers que dans sa manière de fouiller l’histoire de cet art et de le transmettre. Il aura été un acteur méritant de la danse, même s’il œuvra discrètement. La reconnaissance ne fut pas son affaire, un peu d’amour lui suffisait. (Lire l'article)

Lessivés

Lessivés

Le dimanche, dans le quartier, c’est jour de lessivage. Femmes et enfants arrivent les premiers. Ce n’est pas loin de la foire d’empoigne pour réquisitionner les machines. Des hommes s’infiltrent, avec des petits sacs de sport. Notre chariot pour les courses n'est pas adapté du tout, il est taché d’huile et du reste de moutarde d’un pot renversé. Face aux machines, personne ne bouge, alors nous tentons l'expérience de l'immobilité. Qu’il est doux de se laisser entraîner par le roulis, de regarder les couleurs se mélanger dans le tambour, d'intégrer la communauté des lessivés... (Lire l'article)

A cup of Artdanthé

“They might be giants”, création de Steven Michel (Belgique) au festival Ardanthé (Vanves), 2016

Festival qui mêle les disciplines depuis 18 ans, Artdanthé accueille de nombreux jeunes (ou moins jeunes) auteurs et leurs recherches les moins attendues. En passant d’une performance à un spectacle, d’un workshop à une installation, on peut mieux appréhender ce qui propulse et inquiète les artistes, de moins en moins soutenus et reconnus, de moins en moins programmés et produits ou coproduits. Secoués comme leurs contemporains dans un monde de l’exclusion se repliant sur quelques nantis que la culture n’intéresse que si elle est attractive, rentable ou patrimoniale, plasticiens, metteurs en scène, chorégraphes, compositeurs ont fait de Ardanthé un lieu de parole, de controverse, d’invention et de réunion. (Lire l'article)

Maroc, la danse se manifeste

Hamdi Dridi, Tu meur(s) de terre © Fouad Nafili

Depuis onze saisons, le festival On marche consacré essentiellement à la danse contemporaine avance à petits pas obstinés, en tentant de s’inscrire pleinement dans la société au même titre et au même niveau que d’autres disciplines reconnues par les pouvoirs publics comme la musique, le cinéma, les arts visuels ou le théâtre. Le corps – et ses représentations, enjeu politique et social – fait-il peur ou est-il tout simplement ignoré par le ministère de la Culture ? Un forum réunissant de nombreux artistes, toutes générations confondues, s'empare de la question par la production d’un premier manifeste, présenté publiquement le 13 mars. (Lire l'article)

Femmes en attitudes

Lenio Kaklea, Arranged by date © Marc Domage

Contre les poses que la société leur impose pour faire du corps féminin un objet propice au commerce, les chorégraphes de DañsFabrik, festival organisé jusqu'à samedi par le Quartz de Brest, érigent des postures, des attitudes politiques frontales et quasiment guerrières. Ainsi Arranged by date, solo où la Grecque Lenio Kaklea dit beaucoup sur notre dépendance à de simples chiffres, sur notre identité sociale construite sur ces chiffres et sur le corps déboussolé qui ne sait plus quelle attitude adopter : la grimace, l’agitation, le tremblement, le “faire face” dignement dans une sublime cambrure… jusqu’à l’acte final d’avaler les chiffres, de les incorporer. (Lire la suite)

Le skieur mal jambé

"Le skieur mal jambé", un article de Marie-Christine Vernay. Photo: Le robot Nao, par Aldebaran.

Sur une piste blanche immaculée, soulevant un nuage de poudreuse, le skieur peut avoir une certaine allure. Lorsqu’il glisse élégamment dans sa combinaison dont les différents modèles le font ressembler soit à un Inuit soit à un robot, on peut ressentir un certain plaisir esthétique à le voir débouler. Mais la chute lui est fatale. Et lorsqu’on le croise hors de son contexte, en gare par exemple lors d’une correspondance, il perd de sa superbe. (Lire l'article)

Les Hivernales, entre heures sup et licenciement

Karoshi, Animal Laborans par la compagnie Dodescaden © N. Corsino

Alors qu’Emmanuel Serafini, directeur du Centre de développement chorégraphique d’Avignon, organisateur de la manifestation, vient d’être licencié, la 38è édition des Hivernales (jusqu’au 20 février) aborde justement le thème du travail, de ses enjeux futurs, de ses effets directs sur les corps, pour certains épuisés. Deux jeunes compagnies à suivre – Dodescaden et Adéquate – s’interrogent sur le sens de leurs efforts. Et offrent deux critiques de l'aliénation par le boulot, l'une frénétique, l'autre plus légère. (Lire la suite)

Tête basse

Bruce Gray vu par Clo'e

La rame de métro semble s’être figée sur une seule position, pétrifiée. Plus aucun regard. Tous ont la tête basse, les paupières baissées. Tous tiennent entre leurs mains recueillies un objet qui, de loin, nous paraît ressembler à un missel, en tout cas un livre sacré. L’heure est sans doute aux prières. La posture de chacun est celle de la dévotion, de la soumission à un ordre, une autorité supérieure, suprême. Personne ne bouge. (Lire la suite)

La poussette infanticide

Eisenstein, Le Cuirassé Potemkine

Les poussettes que certaines dames mères appellent des 4/4 n’hésitent pas à nous rouler sur les pieds ou à nous flanquer des coups dans les mollets. Mais il y a mieux encore. Propulsées sans frein sur la chaussée et sensées protéger la conductrice, se renversant dans les escaliers roulant, projetant des paquets, la plupart du temps des enfants mais aussi des colis suspects, elles sont des engins infanticides non déclarés. (Lire la suite)

Glissades intempestives

trottinette

Jouet d’antan pour enfant sage, la trottinette est devenue la reine des trottoirs, balayant tout sur son passage et obligeant le piéton désarmé à anticiper l’accident en titubant de gauche à droite dans des glissades peu élégantes. Trottiner gentiment n’est plus de mise et les trotteurs écolos obligent le passant à se garer ou à entrer en collision. Ce n’est pas très gentil. (Lire la suite)

Gaëlle Bourges divague sur Lascaux

Lascaux Gaëlle Bourges danse

Invitée du festival les Inaccoutumés de la Ménagerie de Verre, la chorégraphe Gaëlle Bourges entraîne le spectateur dans une de ses grottes secrètes en divaguant sur celle de Lascaux fermée au public depuis 1963. Un texte instructif nous renseigne sur l’art pariétal qui sent l’animal. On est curieux comme les quatre adolescents qui découvrirent la grotte en 1940 et on s’amuse. (Lire la suite)

Sister : spectacle fêlé en mal de scène

Hélène Mathon sister Eugene Savitzkaya

Les Subsistances aiment à brasser des idées, à mêler les genres et les styles. À l'occasion du festival Mode d’Emploi, la metteure en scène, auteure et comédienne Hélène Mathon proposait un spectacle sur la schizophrénie : Sister, sur un texte d'Eugène Savitzkaya qui nous met directement en relation avec le malade et son entourage, ne parlant pas de la maladie en tant que telle mais de sa perception à travers la fratrie. Sister est une plongée vertigineuse dans un monde délirant, trouble, douloureux mais peuplé. Sister a été déprogrammé par les Théâtres Sorano-Jules Julien à Toulouse. Dommage. (Lire la suite)

De Bruits et de Fureurs

Joris Lacoste, Suite N°2 - Photo: Bea Borgers

Le metteur en scène Joris Lacoste, artiste associé au Théâtre de Gennevilliers et membre du collectif  l’Encyclopédie de la parole, propose dans sa nouvelle création Suite n°2 un concert pour mieux entendre la fureur du monde. Avec cinq acteurs et en seize langues (surtitrées en anglais ou en français), il orchestre des paroles qui font acte. (Lire la suite)

Lâcher prise

Une fin d’après-midi tranquille à la terrasse du Café Beaubourg où tout semble se dérouler, pour une fois bénite, sans agitation, on sirote un demi qui n’a jamais été un demi et qui ici l’est encore moins. Quand soudain on aperçoit des attroupements qui ne nous disent rien qui vaillent. Des jeunes gens entourent une scène qui nous laisse coite quand, soudain, l’incroyable se produit. (Lire la suite)

La hargne de l’anoure des piscines

hargne anoure piscine vernay

Afin de ne pas oublier tout à fait les joies estivales d’un bain de mer, on se rend à la piscine municipale. On plonge tranquillement pour dénouer un corps qui s’est déjà replié pour s’encastrer dans les rames de métro. On allonge les jambes, on bat des pieds pour libérer les chevilles. À peine quelques brasses coulées et voici que l’on croise un anoure des piscines d’un autre genre. (Lire l'article)

Le Musée entre à l’Opéra

Marie-Solène Boulet - 20 danseurs pour le XXe siècle - Conception Boris Charmatz © Agathe Poupeney. Un article de Marie-Christine Vernay dans délibéré

Un musée dans un musée, l’idée est amusante. Elle a été concoctée par Boris Charmatz, directeur du Musée de la danse de Rennes, et par Benjamin Millepied, directeur de la danse à l’Opéra de Paris. 20 danseurs pour le XXe siècle, sorte de happening chorégraphique qui propose des focus sur des auteurs qui ont marqué l’histoire de la danse, d’Isadora Duncan à Jérôme Bel, de Fokine au krump, entre au Palais Garnier, le temple de la danse. Une mise en abyme réjouissante. (Lire la suite)

Trop de chants pour un cantique

abou lagraa cantique danse chants

Abou Lagraa, chorégraphe dont le style s’est forgé à l’étude de la danse classique, contemporaine et hip hop, a toujours voulu faire bien, trop bien. C’est le cas avec sa récente création à la Maison de la danse de Lyon où il est artiste associé en 2015 avant de regagner sa ville natale, Annonay en Ardèche. En s’attaquant au Cantique des Cantiques, il a vu grand. Retour sur cette création et sur la polémique qui oppose le chorégraphe français à la conseillère municipale FN d’Annonay. (Lire la suite)

Le temps d’aimer Biarritz

Depuis 25 ans, chaque mois de septembre, le festival le Temps d’Aimer (la danse) vole la vedette aux surfeurs. Sous la direction artistique de Thierry Malandain, par ailleurs directeur du Centre chorégraphique national Ballet Biarritz, ce curieux festival réserve toujours de bonnes (et moins bonnes) surprises. Le public très diversifié est au rendez-vous de cette programmation touffue. Cela suffit-il à construire une vraie culture chorégraphique ? (Lire la suite) 

La main qui fuma

Tania-Maria Alcocer © T2G 2015 Claudine Doury. Une chanson de gestes de Marie-Christine Vernay dans délibéré

La main flottait, prenant appui sur l’air ambiant. La cigarette ne pesait rien ou si peu, tenue avec négligence ou insouciance. Lauren Bacall, Juliette Gréco, Pina Bausch, Marguerite Duras, Carmen Amaya ont manié la cigarette comme d’autres manient l’éventail. Désormais, on pipe plastique. On vapote avec au bout des lèvres des engins prêts à vous démonter le poignet. (Lire la suite)

El Farru, pile et face

Le festival Arte Flamenco de Mont-de-Marsan attire des amateurs du monde entier et réserve de drôles de surprises. Ce fut le cas avec ces deux prestations d’El Farru. Côté pile, Flamenconcierto : spectacle de son cru, super show bling-bling où ne manquait qu’un feu d’artifice final. Côté face, le spectacle &dentidades de Pastora Galván, où il a rendu un hommage à son grand-père El Farruco, complètement habité par son fantôme. (Lire la suite)

Trajal Harrell, gentleman cambrioleur

Trajal Harrell - Le fantôme de Montpellier rencontre le samouraï

Le chorégraphe et danseur new-yorkais n’a que des idées saugrenues (de celles qui font progresser l’art). Dans Le Fantôme de Montpellier rencontre le samouraï, ce gentleman cambrioleur n’hésite pas à voler chez les autres pour construire son propre langage. Et il touche à la personne la plus sacrée, Dominique Bagouet, figure emblématique de la ville où il créa l'un des premiers centres chorégraphique nationaux. (Lire la suite)

Montpellier Danse, édition spéciale female (2)

Belle d'Hier

Le festival Montpellier Danse révèle des corps entièrement remodelés par la question du genre et des positions politiques qu’elle implique. Phia Ménard, qui fut le jongleur Philippe Ménard, en est l’exemple le plus criant. Dans sa nouvelle création Belle d’hier, devenue femme et féministe, elle fait fondre les figures patriarcales dominantes. Du très froid au très chaud, jusqu’au hammam et ses vapeurs. (Lire la suite)

Montpellier Danse, édition spéciale female (1)

La 35e édition du festival Montpellier Danse est féminine et parfois féministe. Le festival s’est ouvert avec Ottof de la chorégraphe marocaine Bouchra Ouizguen. Voilà un moment, une bonne dizaine d’années qu’on la surveille, parce qu'on se doutait qu’un jour, on se retrouverait devant une énigme jamais levée et devant un choc esthétique qui n’a pas fini de nous faire frémir. (Lire la suite)

Kat Vàlastur, reprendre la main

AH!OH! de Kat Vàlastur © Dorothea Tuch

Le spectacle Ah ! Oh ! A contemporary ritual fait partie des bonnes surprises que nous réserve régulièrement le festival d’Uzès, proposé par le Centre de Développement Chorégraphique, attentif aux jeunes auteurs. Comment les formes d’anciennes danses peuvent échapper à leur statut de folklore vieillissant pour retrouver un sens politique et éthique ?  Une réponse chez  Kat Vàlastur.  (Lire la suite)