1992

De 1962 à 2018, Michel Urbain et Françoise Urbain-Lambert ont envoyé à leurs proches des cartes de vœux. Moitié chronique familiale, moitié dessin d’actualité, elles offrent un parcours à travers cinquante ans d’histoire politique, sociale et humaine.

 

Les vœux des Z’Urbains

 

1992

 

 

Les vœux des Zurbains - 1992 © Famille Urbain

On dirait à la fois des fleurs, comme les tournesols que Françoise Urbain s’est mise à peindre en série dans les années 1990, des bombes qui explosent et des étoiles sur un sapin. Des fleurs plutôt, dont le cœur porte de sales mots qui vont devenir les invités réguliers des vœux des Z’Urbains  : certains (racisme, Le Pen, curés, militaires…) les ternissent ; d’autres appellent déjà traduction  : PAF, par exemple, ne dénote pas seulement l’explosion d’une bombe, mais plus certainement le Paysage audiovisuel français… Des fleurs peut-être parce que, un peu en arrière de l’image (ils sont à Paris, c’est loin), Anne et François font sauter Margot dans leurs bras tandis qu’Éric arbore un nœud papillon… C’est la fête, quand même.

 

Les vœux des Z’Urbains

© Famille Urbain Reproduction des images soumise à autorisation

Texte : Sophie Rabau